Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Les étonnants musées de l'Yonne : le musée de la pomme et du cidre

vendredi 22 juillet 2016 à 18:00 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Troisième épisode de notre série consacrée aux "étonnants musées de l’Yonne" chaque samedi cet été. Direction Vaudeurs dans le pays d'Othe, pour une visite du musée de la pomme et du cidre où se trouve une rareté : un pressoir à cidre, à roue de perroquet.

Louisette Frottier sur la roue de perroquet
Louisette Frottier sur la roue de perroquet © Radio France - Renaud Candelier

Vaudeurs, France

Le musée est installé dans l’exploitation de Louisette et Serge Frottier, agriculteurs et producteurs pommes à Vaudeurs (Yonne). On y est accueilli au frais dans une ancienne étable, où le râtelier sert d'accroche pour des tableaux et la mangeoire à stocker des cartons. Une ambiance champêtre complétée par des grandes tables en chêne de la forêt d'Othe.

Le pressoir et sa roue sur la gauche - Radio France
Le pressoir et sa roue sur la gauche © Radio France - Renaud Candelier

Pour accéder au clou de ce musée, il faut pousser de hautes portes de grange, derrières lesquelles se cache, dans la pénombre l'immense pressoir. Une installation de quatre mètres de haut par autant de large. Et si l'on l'y trouve pas de perroquet, il y a bien eu des animaux qui ont travaillé ici explique Louisette Frottier : "les pommes étaient broyées dans ce tour à broyer où la meule en grès était actionnée par un cheval de trait, notre cheval s'appelait Coquet et il tournait de multiples tours".

Une roue entraînée par le poids de l'homme

Après avoir été broyées, les pommes étaient placées dans la cuve en bois, un premier pressage avait lieu en actionnant la presse à la main, puis un seul homme terminait le pressage en montant sur la fameuse roue de perroquet. "C'est le poids qui permet d'entrainer la roue" explique Louisette Frottier "on faisait une vingtaine de tours". L'origine du terme, roue de perroquet est inconnue, mais il est fort probable qu'il faisait référence à ces roues données aux animaux en cage pour les occuper.

"C'était l'économie principale du Pays d'Othe"

Ce pressoir continue de fonctionner occasionnellement après deux siècles d'existence, un mécanisme judicieux qui selon la propriétaire impressionne particulièrement les menuisiers et charpentiers. Louisette Frottier fait partie de la sixiième génération à avoir utilisé ce pressoir : "c''était l'économie principale du pays d'Othe. Tout le monde buvait du cidre qui était exporté jusqu'en Allemagne. Il y avait même des trains de cidre qui allaient jusqu'à Stuttgart".

Un cidre qui était presque entièrement produit grâce à la force des travailleurs - Radio France
Un cidre qui était presque entièrement produit grâce à la force des travailleurs © Radio France - Renaud Candelier

Aujourd'hui il ne reste plus qu'une dizaine de producteurs de cidre du pays d'Othe, quatre dans l'Yonne, les autres dans l'Aube. Et dans tous les cas, il s'agit seulement d'une activité de complément dans l'exploitation agricole. D'où l'importance de ce musée pour la mémoire locale. Vous y apprendrez notamment les vertus du vinaigre de cidre, des recettes autour de la pomme et du cidre, et découvrirez des variétés de pommes propres au pays d'Othe, aux noms parfois poétiques, Cul d'oison, Sauvageon barré ou Nez de chat.

CARTE - Chaque samedi, découvrez un nouveau musée "étonnant" dans l'Yonne