Culture – Loisirs

Les étonnants musées de l'Yonne : le musée du tire-bouchon à Beine

Par Lucas Valdenaire, France Bleu Auxerre samedi 27 août 2016 à 6:00

Le musée abrite plus de 4.000 tire-bouchons et 3.000 vieux objets liés à la vigne
Le musée abrite plus de 4.000 tire-bouchons et 3.000 vieux objets liés à la vigne © Radio France - Lucas Valdenaire

Huitième et dernier épisode de votre série sur les étonnants musées de l'Yonne. France Bleu Auxerre vous emmène au domaine des Geoffroy à Beine, tout près de Chablis, pour vous faire découvrir le musée de la vigne et du tire-bouchon. Plus de 7.000 pièces sont exposées dans ce temple du vin.

Il n'y en a que deux en France. Le premier est situé dans le Vaucluse et le second, ici dans l'Yonne : le musée du tire-bouchon à Beine, sur le domaine d'Alain et Cathy Geoffroy, deux passionnés du vin, de la vigne et de son univers. Dans ce musée, la collection est impressionnante : elle compte plus de 7.000 objets liés au vin, dont 4.000 tire-bouchons amassés au fil des années partout dans le monde !

Un "helixophile" ou un "pomelkophile", c'est selon

Alain Geoffroy est un "helixophile" ou un "pomelkophile", autrement dit un collectionneur de tire-bouchons. Il en a de toutes les formes, de toutes les tailles et de toutes les origines. "J'ai même des rabatteurs partout dans le monde qui m'appellent quand ils voient une pièce intéressante. Ils m'envoient une photo et le prix demandé". Depuis l'ouverture de son musée il y a une quinzaine d'années, Alain Geoffroy a dépensé plusieurs centaines de milliers d'euros pour sa collection.

Alain Geoffroy dans sa cave à trésors, une galerie creusée dans d'énormes cuves en béton - Radio France
Alain Geoffroy dans sa cave à trésors, une galerie creusée dans d'énormes cuves en béton © Radio France - Lucas Valdenaire

Mais sa passion pour le vin a commencé bien avant. La vigne, il est tombé dedans quand il était petit : "Je n'ai pas fait d'études secondaires et à 14 ans, j'étais déjà en activité."

Ça me fait un parcours d'une petite soixantaine d'années dans la vigne

De la simple ferraille aux matières les plus précieuses

Alain Geoffroy a donc eu le temps d'amasser de belles pièces historiques, entre accessoires de dégustation et machines agricoles. Sans compter les 4.000 tire-bouchons exposés aujourd'hui dans ce musée de cinq pièces et de deux étages. Dans sa galerie, directement creusée dans des cuves en béton, il y a quelques trésors, de la simple ferraille aux plus belles matières :

Vous voyez celui-ci, c'est du jade et de l'or ! Celui-là, c'est un modèle belge qui peut valoir entre 8 et 10.000 euros

Quand Alain Geoffroy a des tire-bouchons en double, il les échange lors de congrès internationaux  - Radio France
Quand Alain Geoffroy a des tire-bouchons en double, il les échange lors de congrès internationaux © Radio France - Lucas Valdenaire

De quoi en mettre plein la vue aux visiteurs. François est venu avec sa famille alsacienne mais pas vraiment pour le musée du tire-bouchon : "C'est un peu par hasard, on était simplement venu acheter du chablis... Mais c'est vrai que c'est impressionnant de voir une telle gamme de tire-bouchons!"

Et ce n'est pas fini pour Alain Geoffroy, le vigneron à la retraite continue sa collection :

Je reviens tout juste de Vancouver pour un congrès international de tire-bouchons et c'est vrai j'ai acheté quelques belles pièces

Oui : il existe bien des congrès internationaux de tire-bouchons ! "Plusieurs dizaines de collectionneurs du monde entier se rassemblent plusieurs fois par an pour échanger et vendre des pièces en double. C'est l'occasion de voir de belles pièces", confie Cathy Geoffroy, l'épouse d'Alain.

Il y aura d'ailleurs un congrès au domaine des Geoffroy très bientôt. Près de 80 collectionneurs de cinq ou six nationalités seront présents à Beine le 15 octobre.

Alain Geoffroy au milieu de ses accessoires de travail historiques, ceux qu'il a utilisés dans les vignes à l'âge de 14 ans - Radio France
Alain Geoffroy au milieu de ses accessoires de travail historiques, ceux qu'il a utilisés dans les vignes à l'âge de 14 ans © Radio France - Lucas Valdenaire

Le premier brevet de tire-bouchon a été déposé en 1795

Juste derrière, un petit magnétoscope ronronne dans la salle principale. C'est l'histoire du tire-bouchon qui passe en boucle. Alors qui a inventé l'objet ? Personne ne le sait mais on connaît celui qui a déposé le brevet en premier. Il est Britannique et il s'appelle Samuel Henshall. C'était en 1795.

A Beine, le musée du tire-bouchon est ouvert du lundi au vendredi de 8h à midi et de 14h à 17h. Comptez une participation d'1,50 euros pour visiter les lieux. Il est également possible de déguster et pourquoi pas repartir avec une bouteille de Chablis. Avec modération.

Le reportage au musée du tire-bouchon de Beine, près de Chablis

Naviguez sur la carte ci-dessous pour découvrir les musées

Partager sur :