Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Étretat : trois mois après, il raconte son confinement dans un livre

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Un journal de confinement écrit par un Étretatais a été mis en vente sur Amazon début juillet et commence à avoir son petit succès : une cinquantaine d'exemplaires de ce livre, d'une centaine de pages et rassemblant anecdotes et descriptions des habitants, ont été vendus.

La plage d'Étretat était interdite d'accès pendant le confinement
La plage d'Étretat était interdite d'accès pendant le confinement © Radio France - Bénédicte Courret

Quand il se rend en week-end (pour voter car c'était le premier tour des élections municipales) dans sa maison d'Étretat, Alexandre Delacour Martin ne pensait pas y rester aussi longtemps, avec femme et enfants : "Je n'y ai jamais passé plus de 8 jours d'affilée, il y a des livres, des disques et des meubles mais je n'avais qu'un sac pour le week-end, avec 4 caleçons de rechange."

Finalement, cet écrivain professionnel, basé à Paris pour son travail, se retrouve coincé dans sa maison en bord de mer pendant toute la durée du confinement. L'école à la maison, les rues désertes... La situation, inédite, l'inspire : "J'ai tenu ce journal pour garder une trace personnelle, pour mieux me souvenir et pas uniquement garder des souvenirs imprécis et puis pour mes enfants, s'ils retombent dessus dans 20 ans. La mémoire nous joue des tours, et souvent, on va se refaire l'histoire quand on raconte des histoires de famille. Les fixer par écrit, ça rapporte un peu de vérité."

"Des habitants ont cherché où j'habitais pour me dire que ça leur plaisait"

"Ce livre", précise Alexandre Delacour Martin, "C'est à la base un blog que j'ai tenu et j'ai été très surpris de voir que des personnes ont cherché où j'habitais pendant le confinement pour me dire qu'ils suivaient le blog, que ce que j'avais écrit leur plaisait, qu'ils étaient touchés par la description de certaines personnes."

Parmi les portraits hauts en couleur, celui du boucher du village : "Quelqu'un de formidable et de pittoresque ! J'avais envie de fixer la description de cette boucherie, de ce boucher, son tablier, sa fine moustache, et puis fixer aussi cette impression d'un endroit hors du temps, à la fois la boucherie et le village dans son ensemble. J'avais l'impression de vivre une période comme quand je vois ces films qui traitent de comment ça se passe en Normandie pendant la guerre, cette pression invisible d'un ennemi invisible." 

"Je ne pensais pas le mettre à la disposition de tout le monde"

C'est finalement l'intérêt de son entourage pour son journal qui pousse Alexandre à le publier en auto-édition sur Amazon, le leader de la vente en ligne : "Je ne pensais pas forcément le mettre à la disposition de tout le monde mais étant donné que beaucoup de personnes de mon entourage me demandaient s'ils pouvaient le lire, plutôt que de leur envoyer un fichier par Internet, je trouvais plutôt intéressant d'en faire un objet qui propose une vision et une histoire d'Étretat, dans un petit village qui est un peu comme une enclave."

Malgré tout, le confinement ne lui manque pas du tout : "Je ne suis pas du tout nostalgique du confinement parce que c'était quand même une pression psychologique (...), coincé avec les enfants à qui il fallait faire l'école et occuper, et avec en plus le télé-travail, en se demandant ce qu'il allait advenir du travail. Cette pression psychologique, tout le monde l'a vécue, indépendamment de l'endroit où on se trouvait."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess