Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coup dur pour les festivals qui continueront à payer les frais de gendarmerie

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

C'est une dépense qui plombe depuis un an et demi le budget des festivals partout en France : la circulaire Collomb, qui les oblige à régler la facture des frais des forces de l'ordre, a été validée par le conseil d'Etat. Explications et réactions en Bretagne.

Les Vieilles charrues
Les Vieilles charrues © Maxppp - Jonathan Konitz

Le conseil d'Etat a validé mardi une circulaire du ministère de l'Intérieur - la Directive Collomb, prise en mai 2018 - qui oblige les festivals à payer les frais engendrés par la mobilisation de gendarmes ou de policier pour assurer la sécurité aux abords des sites. 

Les modalités de paiement retoquées, mais pas de changement sur le fond

Le Conseil d'Etat a en revanche annulé une partie de cette circulaire, qui porte sur les modalités de paiement de ces sommes, et les avances de frais, estimant que le ministère de l'Intérieur n'est pas compétent pour fixer le montant de ces avances.

Depuis l'envoi de la circulaire Collomb aux préfets, en 2018, les organisateurs de festivals avaient vu les coûts de sécurité augmenter de manière importante. "Ça représente un peu moins de 60.000 euros chaque année pour la participation aux frais de gendarmerie déployés en dehors du festival en lui-même", rappelle Jérôme Tréhorel, le directeur du festival des Vieilles Charrues de Carhaix dans le Finistère. A l'intérieur du festival en lui même, c'est en effet l'organisateur qui a la charge de la sécurité, "soit 750 agents de sécurité privés" pour le festival carhaisien.

60 000 euros supplémentaires pour les Vieilles Charrues, 20 000 euros pour le Bout du Monde

A Crozon, pour le Festival du Bout du Monde, "ça représente un peu plus de 20 000 euros pour la gendarmerie", soit "une augmentation de 8 à 10% du budget du festival" détaille Jacques Guérin, le directeur du festival. 

Une facturation des opérations des policiers et gendarmes en marge des festivals perçue comme une injustice à Paimpol, où d'après une étude menée par les organisateurs du festival du Chant de Marin, "l'édition 2019 a rapporté 10 millions d'euros de retombées financières pour la région", explique Pierre Morvan, le président, qui après d'âpres négociations avec la gendarmerie, a réussi à ramener la facture à 2000 euros pour cette édition. 

Des négociations possibles ?

A Carhaix, Jérôme Tréhorel espère pouvoir, lui aussi, négocier les tarifs des frais de sécurité des forces de l'ordre, pour voir les coûts baisser, une mesure "indispensable pour la pérennité des festivals, surtout les festivals associatifs et pour le maintien de la diversité culturelle".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess