Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les internautes se mobilisent pour sauver les Nuits Romanes

-
Par , , France Bleu Poitou
Poitiers, France

"Touche pas à nos Nuits Romanes", c'est le nom de la pétition en ligne lancée pour sauver le festival créé en 2005 en Poitou-Charentes. La suppression de l'édition 2016 a été annoncée ce week-end, pour des raisons budgétaires.

Nuits Romanes, image d'illustration.
Nuits Romanes, image d'illustration. © Radio France

La pétition a été lancée ce week-end sur internet, et depuis le nombre de signataires s'envole. "Touche pas à nos Nuits Romanes" s'oppose à la suppression du festival. L'édition 2016 n'aura pas lieu, le président de la nouvelle grande région Aquitaine Limousin Poitou Charentes, Alain Rousset, l'a annoncé ce week-end.

Valoriser le patrimoine

Les Nuits Romanes ont été créées en 2005. Ce sont des spectacles de rues, cirques, concerts, donnés près d'églises romanes au sein de l'ex région Poitou-Charentes. Ce festival permettait d'apporter de l'animation dans les petites communes, de mettre en valeur le patrimoine, et de faire connaître les petits villages. Mais la nouvelle grande région doit faire des économies selon son président, et l'édition 2016 des Nuits Romanes n'est pas une priorité.

"Il y a des artistes qui bloquent leurs dates pour ce festival depuis des mois", (Marlène).

Mais pour les artistes et les professionnels du secteur, cette annulation de dernière minute est une catastrophe. Beaucoup avaient réservé des dates pour se produire lors de ce festival, et il est trop tard pour trouver d'autres lieux de représentation, car les saisons estivales sont déjà toutes bouclées. Beaucoup d'artistes ont donc signé la pétition.

Marlène.

C'est le cas de Marlène par exemple, elle habite en région parisienne, et elle a participé aux quatre dernières éditions des Nuits Romanes : "on parle de ce festival jusque dans le métro parisien. Il met en valeur plusieurs aspects du patrimoine français, de très jolies églises, dans de petits villages, qui ne sont pas très connus, mais qui valent franchement le détour. Il met également en valeur la musique, la danse. Beaucoup de touristes étrangers viennent aux Nuits Romanes, il y a même des gens qui prévoient leurs vacances pour venir. C'est un festival qui dure plusieurs mois, donc potentiellement qui apporte énormément de travail pour les équipes techniques. Et effectivement il y a des artistes qui bloquent leurs dates pour ce festival depuis des mois, donc il y a énormément d'artistes qui sont dans une grande détresse, parce que la saison estivale est déjà faite.

"Il est beaucoup trop tard, l'ensemble des programmations estivales sont bouclées", (Nicolas Besnard).

Nicolas Besnard.

De son côté, l'agence artistique Lamastrock basée en Ardèche devait envoyer chez nous quatre groupes pour six concerts, notamment à Pamprou dans les Deux-Sèvres, et à Scorbé-Clairvaux et Saulgé dans la Vienne. Résultat, une perte de 16 000 euros pour l'agence et les artistes, sur 400 000 euros de chiffre d'affaire. Nicolas Besnard est chargé de production à Lamastrock.  Selon lui, "c'est une décision qui, à deux mois de l'ouverture de l'événement, nous pénalise, car on ne peut pas retrouver de nouvelles dates pour ces artistes là. Il est beaucoup trop tard, l'ensemble des programmations estivales sont toutes bouclées. C'est vraiment de la perte sèche. Il y a une perte financière, mais il y a aussi une perte pour le public, et pour toutes les structures locales qui s'occupaient de la technique et de l'accueil des artistes. Donc on a vraiment l'impression qu'on se moque du public et de l'ensemble des acteurs locaux et nationaux qui participent à cet événement. Il y avait aussi beaucoup de touristes. Donc la première victime, c'est le public".

Sans compter l'aspect économique. Ce festival permettait aux petites communes de doubler, voire plus, leur population le temps d'un spectacle, pour le plus grand bonheur des commerçants locaux.

Nuits Romanes, image d'illustration.
Nuits Romanes, image d'illustration.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess