Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Les joueurs de Pokémon Go toujours actifs à Besançon

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

En 2016, on découvrait Pokémon Go. Ce jeu a fait fureur dans les rues un peu partout en France avec des utilisateurs rivés sur l'écran de leur smartphone. Trois ans après, le phénomène n'est pas mort. Il y a toujours de nombreux utilisateurs, notamment au parc Micaud à Besançon.

L'application Pokemon Go, gratuite, fonctionne sur smartphone.
L'application Pokemon Go, gratuite, fonctionne sur smartphone. © Radio France - Adeline Divoux

Besançon, France

Si vous pensiez que Pokémon Go était mort, vous vous trompez. Ils sont encore nombreux, à Besançon, à arpenter les rues, smartphone en main. Le jeu avait fait sensation, puisqu'il avait plus de 28 millions d'utilisateurs lors de son lancement en juillet 2016

Parmi ces joueurs toujours actifs, Elise, une Bisontine de 25 ans. Elle avait installée l'application dès sa sortie, mais l'avait supprimée, avant de la réinstaller au printemps 2019. Depuis, elle y joue tous les jours et participe même à des raids. Il s'agit de combats entre Pokémons. "On se donne rendez-vous avec plein d'autres dresseurs, une vingtaine, on se retrouve à un endroit aléatoire dans Besançon pendant 5 minutes pour chasser le Pokémon ensemble. Après, on se dit au revoir avant, éventuellement, de se recroiser le lendemain", sourit Elise. 

Il y a des endroits où le jeu est plus intéressant, puisqu'il y a plus de Pokéstop, ces endroits où l'on récupère des objets utiles pour progresser. C'est le cas par exemple du parc Micaud dans la capitale comtoise. 

Découvrir le patrimoine

On aurait pu penser que le jeu lasserait au bout de trois ans, mais ce n'est pas l'avis de Marilou. "Il y a souvent des mises à jour, donc il y a davantage de Pokémons à capturer aujourd'hui, ça se renouvelle régulièrement", glisse l'étudiante. "Il y a beaucoup plus d'événements pour rassembler les gens aussi, et ça fait vraiment plaisir de rencontrer de nouvelles personnes", ajoute la jeune femme. 

Jérémy, un ami de Marilou, l'accompagne régulièrement pour jouer à Pokémon Go. "Ce que j'aime le plus, c'est l'aspect collection, avoir des Pokémons que d'autres n'ont pas, et les meilleurs, parce que c'est une compétition aussi finalement", affirme-t-il. 

Marilou et Jérémy, deux amis de Besançon, se retrouvent régulièrement pour jouer ensemble.  - Radio France
Marilou et Jérémy, deux amis de Besançon, se retrouvent régulièrement pour jouer ensemble. © Radio France - Adeline Divoux

Il n'y a pas d'âge pour jouer à Pokémon Go. Un peu plus loin dans le parc, Patricia est concentrée sur son écran. Cette maman de 45 ans lance régulièrement l'application lors de balades avec son mari et son fils. "En plus, cela permet de découvrir le patrimoine en s'arrêtant sur des lieux que l'on ne connaissait pas", lance-t-elle.