Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Les luthiers de Montpellier au secours des bois de Stradivarius

mardi 26 mars 2019 à 8:11 Par Louise Thomann, France Bleu Hérault et France Bleu

Cinq luthiers montpelliérains ont participé à une levée de fond pour sauver les épicéas du Val de Fiemme, en Italie. Une bonne partie de ces arbres ont été déracinés ou brisés par une tempête en octobre 2018. Ces bois sont les meilleurs pour la fabrication des violons, comme les Stradivarius.

Pour faire le fond, l'arrière des instruments, on utilise de l'érable. Mais pour l'avant, il faut de l'épicéa.
Pour faire le fond, l'arrière des instruments, on utilise de l'érable. Mais pour l'avant, il faut de l'épicéa. © Radio France - Louise Thomann

Montpellier, France

Les luthiers montpelliérains volent au secours des épicéas italiens du Val de Fiemmes. Ces arbres centenaires ont été dévastés par une tempête en octobre 2018. Les scieurs sur place tentent de récupérer les bois détruits, mais n'ont pas les moyens de tous les sauver. "Si rien n'est fait, tous ces bois vont pourrir, vont être mangé par des bêtes... Des arbres qui auraient pu être utilisés pour faire de magnifiques instruments vont être perdus", se désole Baptiste Juguera, l'un des participants à la levée de fond. 

Avec ses quatre homologues, ils ont donné à la hauteur de leurs moyens : environ 1.000 euros, soit la valeur d'une grume, nom donné aux arbres une fois coupés ou brisés. De quoi créer une vingtaine de violons. 

"On n'a pas trouvé de meilleur bois pour faire les violons."

Cette forêt du Val de Fiemme est mythique pour les luthiers comme Yann Poulain : "Historiquement, c'est le bois qui servait à faire les premiers violons, les violons d'Amati, les Stradivarius ... On les affectionne par ce que c'est un bois de très grande qualité, qui résonne vraiment très bien, et on n'a pas trouvé de meilleur bois pour faire les violons." 

Une pénurie à craindre

Malgré la mobilisation de leurs clients, qui ont également participé à cette levée de fond, le mal est fait. Certains arbres ne pourront pas être récupérés, la tempête leur a infligé trop de dégâts. "Il est certain que dans quelques années, du bois, on va en manquer", conclut Baptiste Juguera.