Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

"Les Moissons de la Rage" : au musée de Gravelotte, une salle pour s'immerger au cœur de la guerre de 1870

mardi 5 mars 2019 à 17:54 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

Une nouveauté au musée départemental de la guerre de 1870 de Gravelotte, qui a rouvert ses portes début février, après la trêve hivernale. Une salle immersive, "Les moissons de la rage", vient d'être inaugurée. Une plongée au coeur de la bataille de Gravelotte-Saint-Privat, le 18 août 1870.

Le film est réparti sur les différents écrans de la salle immersive
Le film est réparti sur les différents écrans de la salle immersive © Radio France - Magali Fichter

Gravelotte, France

On y pénètre comme dans une tente d'état-major. On y retrouve la toile marron, l'uniforme d'un soldat, le foyer d'un feu. Et sur trois écrans disposés sur les murs, un film de 17 minutes est diffusé, qui retrace toutes les étapes de la bataille de Gravelotte-Saint-Privat, à travers les yeux d'un soldat prussien. Bienvenue dans "Les moissons de la rage", la nouvelle salle immersive du musée départemental de la guerre et de l'annexion, à Gravelotte.

Un "bon dans le temps"

L'idée, pour Laurent Thurnherr, le directeur du musée, c'était de "permettre aux visiteurs de mieux comprendre l'histoire de la guerre de 1870". Avec cette scénographie, "on fait en sorte que le spectateur se retrouve dans un décor, et qu'il aie l'impression de faire un bon dans le temps, le temps de ces 17 minutes". Une expérience qui se veut ludique pour donner corps à "quelque chose d'extrêmement lointain, d'inimaginable aujourd'hui."

Mettre en valeur les souffrance des deux côtés

17 minutes d'un film "augmenté" avec des effets de scénographie, de décor, et de lumières - Radio France
17 minutes d'un film "augmenté" avec des effets de scénographie, de décor, et de lumières © Radio France - Magali Fichter

Le fait de choisir un soldat prussien comme personnage principal était délibéré, explique Laurent Thurnherr : "L'armée française, tout comme l'armée allemande, a eu des soldats qui ont souffert chacun de leur côté. Le grand défaut, dans cette histoire de la guerre, est qu'en général dans les livres d'histoire dans les romans de l'époque, on ne parle que de la souffrance des soldats français. Là on a voulu faire un éclairage sur ce qu'était également l'armée prussienne."

Une production mosellane 

Le film a été réalisé par trois Mosellans, Franck Lemaire, David Verlet et Cycl'one, et tourné en octobre dernier dans les environs de Gravelotte. Le musée est ouvert du mardi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h. L'entrée, qui donne accès aussi à toutes les autres salles, coûte 7 euros, c'est gratuit pour les moins de 16 ans, et pour tout le monde les premiers dimanches du mois.