Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les parcs d'attractions belges rouvrent, encore un mois d'attente pour Dennlys et Bagatelle

-
Par , France Bleu Nord

Les parcs d'attractions belges reprennent du service dès ce samedi 8 mai, au contraire de leurs homologues français, qui doivent attendre le 9 juin pour que les manèges soient à nouveau accessibles. Les parcs nordistes de Dennlys et de Bagatelle prennent donc leur mal en patience.

Les manèges tournent à vide à Dennlys en attendant la réouverure le 9 juin.
Les manèges tournent à vide à Dennlys en attendant la réouverure le 9 juin. © Radio France - Louise Thomann

Alors que les attractions de Bellewaerde en Belgique reprennent du service dès le 8 mai, les manèges de Dennlys dans l'Audomarois, ou de Bagatalle sur la côte d'Opale, devront attendre au moins le 9 juin avant de retrouver leur public. Techniquement, les parcs peuvent rouvrir à partir du 19 mai, mais les enfants ne pourront retrouver leurs nacelles préférées qu'à partir de 9 juin selon le calendrier annoncé par le gouvernement français. 

Bellewaerde compte sur la clientèle française

"La grande nouveauté, c'est le port du masque pour les enfants dès 6 ans dans les manèges" explique Caroline Bonte, chargée de communication de Bellewaerde, un parc belge au Nord d'Armentières. Beaucoup de Français sollicitent le service client pour savoir s'ils peuvent venir profiter des attractions : "tout le monde peut venir, tant qu'on reste moins de 48 heures en Belgique, il n'y a pas besoin de tests PCR" poursuit-elle. Elle conseille tout de même de réserver : la jauge de Bellewaerde est abaissée de 20.000 à 4.000 personnes maximum. En temps normal, les familles françaises représentent 30 à 40% du public du parc, mais elles pourraient être plus nombreuses pour la réouverture, car les parcs de l'Hexagone ne sont pas encore ouverts. 

"Les cris des enfants nous manquent" Christian Crunelle, le gérant de Dennlys.

Alors à Dennlys, dans l'Audomarois, on prend son mal en patience en peaufinant les infrastructures. "Là on repeint les bancs" explique Christian Crunelle, le gérant du parc, "les jardiniers taillent les arbres, les mécanos font tourner les manèges, tout ce qu'on n'a pas le temps de faire d'habitude, on le fait." Alors que d'ordinaire en cette période, les allées sont bondées, notamment par les sorties scolaires, là les grilles sont fermées et les attractions désertes. _"_Les cris des enfants nous manquent on va dire" soupire cet homme qui a passé toute sa carrière, soit plus de 30 ans, dans ce parc. Il attend le 9 mai de pied ferme. 

Les mauvaises herbes poussent entre les dalles de béton, du jamais vu en 30 ans de carrière pour Christian Crunelle, le patron de Dennlys.
Les mauvaises herbes poussent entre les dalles de béton, du jamais vu en 30 ans de carrière pour Christian Crunelle, le patron de Dennlys. © Radio France - Louise Thomann

La réouverture est prévue le 12 juin à Bagatelle, le parc de Merlimont près de Berck-sur-mer : le directeur, François-Jérôme Parent, attend le weekend avant d'ouvrir. Devoir patienter jusqu'au 9 mai pour refaire tourner les manèges, alors que les parcs peuvent à nouveau accueillir du public à partir du 19 mai, c'est une ineptie pour lui. "C'est comme si  vous alliez chez votre boucher mais que vous ne pouviez pas acheter de viande." La question du pass sanitaire l'inquiète aussi : la majorité de sa clientèle vient sur un coup de tête. Or les personnes qui ne sont pas vaccinées devront présenter un test négatif datant de moins de 48h à l'entrée. "Un risque de casse majeur" selon lui. Il demande aux élus de ne pas voter cette mesure du projet de loi sur la gestion de la sortie de crise sanitaire lundi 10 mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess