Culture – Loisirs

Les petits cirques familiaux sont en grande difficulté

Par Jean-Pierre Morel, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu jeudi 24 mars 2016 à 17:41

Le cirque Landri à Marsat
Le cirque Landri à Marsat © Radio France - Jean-Pierre Morel

Les petits cirques de famille ont manifesté ce jeudi matin à Paris. Une opération escargot était organisée sur le périphérique afin d'obtenir de meilleures conditions d'accueil dans les villes françaises, car 70% de ces petites structures seraient presque au chômage technique.

Le chapiteau est plié, mais les camions sont encore sur le terrain municipal qui jouxte le parking de l'école en plein centre du village. La commune de Marsat, près de Riom dans le Puy-de-Dôme, vient d'accueillir le cirque Landri pour deux représentations. "Autrefois, les villes disposaient d'un champ de foire, aujourd'hui nous faisons les frais des réaménagements urbains et de la frilosité des communes qui ne nous donnent pas d'emplacement". Selon Anthony Dubois, président des cirques de famille et des spectacles itinérants de France, 70% de ses adhérents sont aujourd'hui à l'arrêt, faute d'emplacement. Et pendant que Floyd Landri est allé manifester à Paris, c'est son épouse Esther, trapéziste, qui doit démarcher les municipalités afin de pérenniser l'entreprise familiale.

"90% de refus de la part des municipalités"

Depuis les attentats, "les mairies sont très frileuses et refusent d'accepter les demandes des cirques pour s'installer" selon la jeune mère de famille, qui perpétue la tradition depuis cinq générations. Autre sujet d'inquiétude, le lobbying des associations de protection des animaux. A Marsat, la polémique a même pris une tournure inattendue. "Une femme est venue devant l'école pour interpeller les parents sur les maltraitances d'animaux" explique Esther Landri, "mais la maîtresse de mon petit garçon lui a dit qu'elle avait vu le spectacle !". Le cirque Landri possède des chevaux, des lamas, et même un lion blanc, au total, une trentaine d'animaux pour lesquels tous les documents sont en règle selon les propriétaires qui dénoncent un harcèlement.

Les cirques s'opposent aux associations de protection des animaux - Radio France
Les cirques s'opposent aux associations de protection des animaux © Radio France - Jean-Pierre Morel

Esther Landri, 5ème génération de trapéziste

Le cirque Landri emploie cinq personnes et donne 200 représentations par an. Le prochain spectacle est prévu ce samedi à Saint-Genès-Champanelle, une des rares communes ayant accepter de l'accueillir dans la région.