Culture – Loisirs

Les Rendez-vous de l'Erdre, une aubaine pour les commerçants nantais!

Par Sarah Vildeuil, France Bleu Loire Océan samedi 27 août 2016 à 6:40

 Les derniers préparatifs avant l'arrivée des spectateurs dans un restaurant à côté de l'Erdre, à Nantes vendredi
Les derniers préparatifs avant l'arrivée des spectateurs dans un restaurant à côté de l'Erdre, à Nantes vendredi © Radio France - Sarah Vildeuil

La 30e édition des Rendez-vous de l'Erdre a commencé! 180 concerts gratuits avec 772 musiciens sont prévus. Près 200 000 personnes sont attendues jusqu'à dimanche soir. À Nantes, c'est une aubaine pour les commerçants situés juste à côté des scènes. Ils s'organisent pour l'occasion.

Les 28 kilomètres de l'Erdre vont voir du monde ce week-end. Près de 200 000 personnes sont attendues. Ce sont aussi des clients potentiels pour les commerçants nantais situés à côté de l'Erdre.

Même dimanche

Sur le quai de Versailles, Soizic tient une galerie d'art. D'habitude, le dimanche, elle ferme.  Mais pour les Rendez-vous de l'Erdre, elle fait une exception. Chaque année, c'est l'invasion. "Nous sommes le premier point lumineux, donc à la tombée de la nuit, ils arrivent comme des mouches dans la galerie! s'amuse Soizic. On est obligés d'être un peu vigilants et de faire un barrage à certain moment pour que les gens puissent entrer et sortir. C'est drôle!"

Plus loin, les restauranteurs agrandissent leur terrasse. Au Café de l'île, Maud, l'une des serveuses s'attend à voir dix fois plus de clients que pendant un week-end normal. Heureusement, elle aura de l'aide. "D'habitude, nous sommes six. On a pris du renfort, au moins quatre personnes en plus pour que le service en salle soit plus rapide, même chose au bar et en cuisine", explique Maude.

Cette brasserie gagne en deux jours l'équivalent de deux semaines de travail. Pour Carole, une vendeuse ambulante, c'est 10% de son chiffre d'affaire. "Le bénéfice doit être autour de 1 000 euros. C'est dommage que tous les week-ends ne soient pas comme ça!" , rigole Carole.

Carole, son mari et leurs trois filles se préparent à accueillir les clients tout le week-end - Radio France
Carole, son mari et leurs trois filles se préparent à accueillir les clients tout le week-end © Radio France - Sarah Vildeuil

Jusqu'au bout de la nuit

Arnaud est co-gérant d'une péniche-crêperie.  Il compte travailler sans relâche. "En temps normal on ouvre entre 12 heures et 13h45 le midi, le soir entre 19 heures et 21h45 explique Arnaud. Là avec le festival on est ouvert sans interruption jusqu'à dimanche soir. On va pousser jusqu'à ce que ça se calme!" Son collègue prévoit de préparer 500 galettes et 500 crêpes avant le début du service. Et il faudra en faire beaucoup plus dans la journée.

Partager sur :