Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les salles de spectacles parisiennes désertées après les attentats

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Paris, France

Les ventes de billets de concert ont chuté de 80% à Paris selon Prodiss, le syndicat national des producteurs. Plus globalement, beaucoup de lieux de culture parisiens sont à la peine depuis que les attentats ont frappé la capitale.

La salle de spectacle Alhambra à Paris
La salle de spectacle Alhambra à Paris - Joanna Yakin

C'est un coup dur à quelques semaines des fêtes de Noël. Alors que les salles de spectacles parisiennes attirent de nombreux français en fin d'année, les attentats de Paris ont changé la donne.

Rien qu'à l'Alhambra, près de République, on a vendu trente fois moins de billets la semaine après les attentats. En moyenne, 12 000 à 15 000 euros de billets sont vendus chaque jour dans cette salle de spectacle, mais sur toute la semaine dernière, la recette n'a été que de 4000 euros. Jean-Claude Auclair, le directeur de l'Alhambra :

"Avec le spectacle de 21h d'Anne Roumanoff, on jouait pratiquement complet, et c'est à peu près 20% des gens qui ne se présentent même pas aux représentations (...). Et sur les spectacles pour enfant, on n'a plus de demande, ça s'est arrêté net."

Les kiosques théâtre dans Paris tournent aussi au ralenti. Emilie gère le kiosque de la Madeleine où depuis une semaine on arrive à servir tous les clients en ouvrant seulement deux des trois caisses:

"A partir de mardi on a perdu énormément. Plus de la moitié de notre fréquentation. (...)J'ai beaucoup de théâtres qui me demandent de l'aide, qui me demandent si je peux faire des invitations, "une place achetée, une place offerte"."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess