Culture – Loisirs

Toussaint : découvrez les tombes de personnages illustres en Moselle

Par Benjamin Bourgine, France Bleu Lorraine Nord mardi 1 novembre 2016 à 5:40

La tombe de Robert Schuman, dans la chapelle Saint-Quentin à Scy-Chazelles
La tombe de Robert Schuman, dans la chapelle Saint-Quentin à Scy-Chazelles © Radio France - Benjamin Bourgine

La Toussaint, ce sera sûrement pour vous l'occasion de rendre hommage à vos défunts. Mais se rendre au cimetière, c'est aussi l'occasion de se plonger, souvent dans une tranche d'histoire locale, voire nationale.

Le 1er novembre, jour de la Toussaint, traditionnellement, il y a beaucoup de monde à arpenter les cimetières et les lieux de recueillement. Se rendre sur la tombe d'un défunt peut aussi être l'occasion d'une visite historique, en n'oubliant pas de jeter un œil aux tombes de personnalités. En Moselle, on peut en citer quelques-unes.

Robert Schuman, illustre fondateur de l'Europe

La tombe la plus illustre en Moselle est certainement celle de Robert Schuman, près de Metz. L'homme politique a été président du conseil après-guerre, soit l'équivalent du premier ministre à l'époque. Il est considéré comme l'un des fondateurs de l'Europe dans sa forme politique actuelle, et sa tombe se trouve dans une chapelle, la chapelle Saint-Quentin. Pourtant, dans un premier temps, il avait été enterré dans le cimetière communal, avant que sa tombe ne soit transférée en 1966.

De gauche à droite : Alcide de Gasperi, Robert Schuman, Jean Monet, Konrad Adenauer - Radio France
De gauche à droite : Alcide de Gasperi, Robert Schuman, Jean Monet, Konrad Adenauer © Radio France - Benjamin Bourgine

Aujourd'hui sa sépulture rend hommage à son parcours dans la construction de l'Europe avec un monument composé de 4 statues des pères fondateurs de l'Union dont lui et Jean Monnet.

Dans cette même ville de Scy-Chazelles, un architecte important repose aussi pour l'éternité : Paul Tornow, dont l'histoire se mêle à l'Histoire avec un grand H. Cet Allemand né à Brandenbourg a participé à des rénovations de la cathédrale Saint-Etienne de Metz, et il a tellement aimé la ville qu'il n'a pas voulu la quitter. Pourtant, après la défaite allemande de 1918, il était devenu indésirable, il est mort juste avant son expulsion.

Au Cimetière de l'Est, un prof de musique dont la tombe est payée par ses élèves

A Metz, le grand cimetière de l'Est et ses tombes monumentales sont l'occasion d'en apprendre beaucoup sur l'histoire de la ville. "Il est à Metz ce que le Père Lachaise est à Paris" dit Valentine Vernier, de l'office de tourisme de la ville. On y trouve notamment la tombe d'un ancien ministre des affaires étrangères sous Napoléon III, Edouard-Antoine Thouvenel (1818-1866). Sa dernière demeure est l'une des plus remarquables du cimetière : grande chapelle, de style antique au décor pompéien.

L'histoire de Victor Desvignes (1805-1853) est émouvante. Mort à l'âge de 48 ans, ce professeur et fondateur de l'école de musique de Metz (par ailleurs compositeur) a vu son tombeau élevé grâce à la souscription de ses élèves "qui devaient l'aimer beaucoup" ajoute la directrice de l'office du tourisme. On imagine.

Une grande famille royaliste et catholique, la Famille du Coëtlosquet dispose d'une chapelle dans le cimetière. Un bâtiment imposant en pierre de Jaumont de style gothique. Un style qui rappelle le passé royal et chrétien de la France médiévale. Sur le fronton de cette chapelle, la devise est "franc et loyal".

Enfin, un autre illustre messin repose au cimetière de l'Est. Il s'agit de Charles Pêtre (1828-1907). Artiste-sculpteur. Auteur notamment de la statue du maréchal Ney, de la statue de Saint-Louis, et de la Source. Charles Pêtre est par ailleurs l'auteur de nombreux médaillons de bronze, justement placés au cimetière de l'Est.

Vue de l'intérieur de la Chapelle Saint-Quentin à Scy-Chazelles - Radio France
Vue de l'intérieur de la Chapelle Saint-Quentin à Scy-Chazelles © Radio France - Benjamin Bourgine