Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Zazimuts à Rouen : l'édition 2015 affiche complet

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

A Rouen, la huitième édition des Zazimuts (18-25 Novembre) a commencé et plusieurs évènements affichent déjà complets.

© Radio France

Depuis huit ans qu'elle existe "la semaine de l'étudiant rouennais" draine de plus en plus de monde (en 2013, 4 500 personnes) et même si cette année la soirée d'ouverture à l'Hôtel de Ville de Rouen a été annulée (notamment pour raisons de sécurité des suites des attentats parisiens), le reste de la programmation n'a pas bougé et rencontre un grand succès.

"C'est à nous de reprendre le contrôle" - Amélie, animatrice radio R2R 

Parmi les partenaires des Zazimuts, la radio étudiante R2R a délocalisé son antenne dans trois restaurants universitaires rouennais. Animatrice de l'émission "campus mag", Amélie, 23 ans, tenait à participer aux Zazimuts malgré le contexte "je ne pense pas qu'on puisse vivre comme si de rien n'était parce que c'est sur nos épaules et faut vivre avec maintenant. Après, c'est à nous aussi de reprendre le contrôle. Ces évènements sont ce qu'ils sont, mais il faut quand même profiter de passer du temps avec ses amis, sa famille, et sortir dans ces moments. C'est une occasion de faire une parenthèse plutôt joyeuse".

Continuer à vivre normalement

Parmi les jeunes interviewés dans l'émission, il y a Lucie et Mathilde, étudiantes en troisième année de médecine. Les deux jeunes femmes vont participer aux Azimuts. Malgré la peur elle veulent continuer à vivre normalement : "C'est leur donner ce qu'ils veulent en se terrant chez nous, en ne sortant plus, en montrant qu'on a peur, personnellement je n'ai pas de sentiment d'insécurité" affirme Mathilde. 

Lucie et Mathilde ne sont pas les seules à choisir de sortir et de faire la fête : les Zazimuts n'enregistrent pas de baisse de fréquentation cette année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess