Culture – Loisirs

Lille rend hommage à des cheminots, héros oubliés de la Résistance

Par Martin Bourdin, France Bleu Nord et France Bleu dimanche 11 septembre 2016 à 16:37

La plaque a été dévoilée par l'adjoint au maire de Lille, Franck Hanoh, et par deux enfants sauvés le 11 septembre 1942
La plaque a été dévoilée par l'adjoint au maire de Lille, Franck Hanoh, et par deux enfants sauvés le 11 septembre 1942 © Radio France - Martin Bourdin

La ville de Lille a dévoilé ce dimanche une plaque commémorative en hommage à 24 cheminots. Il y a 74 ans jour pour jour, le 11 septembre 1942, ils avaient sauvé 34 juifs dont 21 enfants de la déportation.

Une plaque, cinquante-huit noms et des héros enfin réhabilités et célébrés. Ce dimanche, c’est une partie de l’histoire lilloise et française qui a retrouvé sa place. Celle de 24 cheminots qui ont risqué leur vie, le 11 septembre 1942, pour sauver des nazis 34 juifs dont 21 enfants.

Ce jour-là, quelques jours avant Roch Hachana, le nouvel an du calendrier hébreux, les nazis organisent la première grande rafle dans le Nord-Pas-de-Calais. Les victimes sont acheminées par camions à la gare de Fives, où un train pour Auschwitz les attend. C’est en voyant ces camions arriver que les cheminots décident d’agir.

La plaque sera installée à l'ancienne gare du quartier de Fives, à Lille - Radio France
La plaque sera installée à l'ancienne gare du quartier de Fives, à Lille © Radio France - Martin Bourdin

Ils arrivent à sauver 34 personnes en les interceptant sur le quai, avant qu’ils ne montent dans le train. Parmi les enfants secourus, Oskar Stulzaft a dix ans. « C’était un cauchemar, se souvient-il soixante-quatorze ans plus tard, lors de la cérémonie d’hommage. C’est gravé en nous et ça le restera jusqu’à la fin de notre vie. On est très fier d’avoir connu des gens aussi dévoués, qui ont risqué leur vie pour nous sauver. »

34 personnes sauvées connues... pour le moment

Sur la plaque commémorative, son nom côtoie celui de son sauveur, Marcel Hoffmann, dont la fille, Monique, était présente à la cérémonie. Une rencontre évidemment très émouvante pour tout le monde. « Je suis très fière, émue de me dire que cet homme est là grâce à mon père, explique la fille du résistant. Je ne m’attendais pas à cette cérémonie. Et je pense que mon père n’a jamais pensé qu’il y aurait un événement comme celui-là. »

Les retrouvailles ont été émouvantes pour Oscar Stulzaft (avec le béret) et la famille de son sauveur dont sa fille, Monique (à sa gauche) - Radio France
Les retrouvailles ont été émouvantes pour Oscar Stulzaft (avec le béret) et la famille de son sauveur dont sa fille, Monique (à sa gauche) © Radio France - Martin Bourdin

Plus d’une centaine de personne était présente pour découvrir la plaque de commémoration. Une façon, selon Eric Adamski, un autre enfant sauvé ce jour-là, de remercier les familles de cheminots : « Leur parents ont été extraordinaire. Il n’y a pas de mot pour décrire ce qu’ils ont fait. C’est un devoir de faire une plaque comme ça. »

Une plaque sur laquelle un espace vide a été laissée. L’historien Grégory Célerse, qui a mis au jour et écrit le premier ouvrage sur cette histoire, espère que d’autres noms viendront remplir cet espace dans les années à venir. En attendant, il a lancé une procédure pour que les 24 cheminots soient reconnus comme Justes de France.

  • A LIRE : "Sauvons les enfants" de Grégory Célerse, aux éditions Les Lumières de Lille (20 euros).

Partager sur :