Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Little Bob : nouvel album pour l'éternel rockeur havrais

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Little Bob est de retour. Le chanteur havrais et son groupe des Blues Bastards ont posé leurs caissons à Rouen pour enregistrer leur quatrième album. Un opus plus rock que les précédents, entre mélancolie et révolte .

Roberto Piazza , alias Little Bob, (a gauche) et son groupe des Blues Bastards au Studio Quasar à Rouen
Roberto Piazza , alias Little Bob, (a gauche) et son groupe des Blues Bastards au Studio Quasar à Rouen © Radio France - Pierre Boudias

Little Bob est de retour. C'est à Rouen, au studio Quasar,  que le rockeur havrais a décidé de s'installer pour produire son quatrième album en compagnie des Blues Bastards. Une première pour ce routier du rock. "J'ai déjà enregistré en Normandie au studio Honolulu au Havre mais jamais à Rouen, raconte-t-il. Ici il y a du meilleur matos et des cabines. Je suis à l'aise, on bosse bien. "

Un environnement confortable pour celui qui aime travailler "en famille, avec les copains". Pour ce nouvel opus, Roberto Piazza et sa bande ont enregistré 13 titres dont neuf originaux. Après trois albums résolument blues, le groupe a décidé d'innover. 

Je viens du rock à la base (avec son premier groupe Little Bob Story) mais avec les Blues Bastards j'avais eu envie de revenir au blues. Pour cette album on est allé vers quelque chose de différent, de plus rock, jungle beat. 

Un retour au source donc pour celui qui avait fait ses premières armes dans la bouillonnante scène londonienne des années 70.  Mais aussi un cri du cœur pour le rockeur de 74 ans , marqué l'année dernière par un drame personnel. "J'ai perdu ma femme en mars, pendant longtemps je n'ai pas réussi à écrire. Elle a partagé ma vie pendant 32 ans, elle faisait tour-manager avec le groupe, elle conduisait le mini-bus. J'ai été profondément touché", explique-t-il.

Une douleur exprimée en musique, notamment via une reprise du titre des Kinks  "Where are all the good times gone" (Où sont passé les bons moments). Mais pas question pour Little Bob de "ne parler que de [ses] malheurs". Sous son bandana et ses cheveux ébouriffés,  celui qui se compare lui même à Geronimo, garde un regard critique sur son époque

On va peut-être appeler l'album "We need hope". On a besoin d'espoir en ce moment avec tout ce qui se passe. Une des chansons parle également des barbelés, on veut arrêter le flot de réfugiés mais on oublie que les douze millions de personnes qui crèvent la dalle n'ont pas le choix de venir.

Le fils d'anarchiste italien n'a donc rien perdu de son mordant. Et revendique un engagement antifasciste via une reprise très dynamique de Bella Ciao. Sortie de l'album prévue pour septembre, puis ce sera la tournée. Parce qu'un groupe "c'est fait pour jouer", rappelle Little Bob. 

Little Bob " Un album différent, plus rock"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu