Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Loiret : des habitants se mobilisent pour sauver une église millénaire du Pithiverais

-
Par , France Bleu Orléans

L'une des plus anciennes églises du Loiret se dégrade d'années en années à Bondaroy tout prêt de Pithiviers. Pour tenter de la sauver, des habitants se mobilisent.

L'église Saint-Martin-le-seul est un édifice modeste, mais dont les premières pierres ont été posées il y a environ 1 100 ans.
L'église Saint-Martin-le-seul est un édifice modeste, mais dont les premières pierres ont été posées il y a environ 1 100 ans. © Radio France - Cyrille Ardaud

Bondaroy, France

La toiture est percée, les tuiles ondulent et l'eau de pluie s'infiltre. À l'intérieur les fissures courent sur les murs, les piliers ne sont plus verticaux. L'église Saint-Martin-le-Seul a beau tenir debout depuis plus de 1 000 ans, le temps a fait son oeuvre et elle est abîmée à de multiples endroits.

Et pour cause, depuis quelques années elle est presque laissée à l'abandon. Les habitants lui préfèrent une autre église, située à l'autre bout de la commune de Bondaroy, juste à côté de Pithiviers. 

Plus d'offices religieux, mais un musée de l’œuf 

Aujourd'hui il n'y a presque plus d'offices religieux dans cet édifice religieux, le deuxième plus ancien du Loiret. Mais pourtant il a longtemps été un lieu de pèlerinage : plusieurs miracles aurait eu lieu dans le secteur. Dans les années 2000 l'église est devenue un lieu de culte orthodoxe, et aujourd'hui elle reçoit quelques touristes, notamment d'Europe de l'Est. 

L'église est modeste et l'intérieur a besoin d'être rénové. - Radio France
L'église est modeste et l'intérieur a besoin d'être rénové. © Radio France - Cyrille Ardaud

Saint-Martin-le-Seul est située à l'écart de la commune, de manière peu visible, au bout d'un chemin. Si elle n'a pas été complètement oubliée, c'est grâce notamment au travail de Sœur Anne. La religieuse vit dans le monastère attenant et a créé sur place un musée de l’œuf pour attirer les visiteurs. C'est précisément cette histoire que Hubert Goueffon, le président de l'association Connaissance et Sauvegarde du Patrimoine veut préserver : "L'implantation de l'église date des années 850 ou 900. C'est un petit bijou du Pithiverais qui est relativement dans l'ombre, et plus ou moins délaissé."

Entre 7 000 et 10 000€ nécessaires pour terminer l'étude

Hubert Goueffon commence à s'intéresser à ce bâtiment en 2009. À l'époque il rencontre les acteurs locaux, la Direction régionale des Affaires culturelles, la municipalité. En 2011, la mairie commande une étude préalable pour connaitre l'ampleur des travaux à réaliser. Sauf que plusieurs études complémentaires sont nécessaires et que la commune n'a pas les moyens. Entre 7 000 et 10 000€ sont nécessaires pour terminer la phase d'étude et ainsi débuter les travaux de rénovation.

Une somme importante pour une petite commune, mais pour Hubert Goueffon ce n'est pas une dépense inutile mais plutôt un investissement : "Il serait temps de s'en occuper si on ne veut pas perdre l'avantage pour la région ! Avec la grotte de Saint-Grégoire et le Chapelle de la Bonne Dame ça peut faire l'objet d'un petit circuit pour des touristes."

Fissures, morceaux manquants : certaines parties de l'église tombent en ruine. - Radio France
Fissures, morceaux manquants : certaines parties de l'église tombent en ruine. © Radio France - Cyrille Ardaud

Une fois la phase d'étude terminée, les travaux pourront commencer. Si leur montant est encore très difficile à déterminer, ils pourraient coûter selon nos informations plusieurs centaines de milliers d'euros. 

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans