Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Luc Jalabert est mort : ténor de la tauromachie, il a marqué le Sud-Ouest

-
Par , France Bleu Gascogne
Mont-de-Marsan, France

Le torero à cheval français Luc Jalabert est décédé ce mardi matin de suites d’une longue maladie. Le père du matador Juan Bautista était très connu dans le monde taurin et avait souvent toréé dans le Sud-Ouest.

Luc Jalabert, un collosse de Camargue s'est éteint
Luc Jalabert, un collosse de Camargue s'est éteint © Maxppp - Nassira Belmeki

Outre sa carrière à cheval, il a avait présidé durant plus de 20 ans aux destinées des arènes d’Arles et avait souvent toréé dans le Sud-Ouest. Il aurait eu 67 ans en août prochain. Il avait cette allure de cow-boy dégingandé, ce regard noir, cet accent traînant et rauque, et toujours … une clope au bec. Elle l’a tué. 

Cavalier exceptionnel, dresseur fabuleux et torero puissant

Luc Jalabert était un caractère, personnalité forte, un homme solide de Camargue, fils et petit-fils d’éleveur de toros qui avait développé la propriété familiale de la Chassagne sur les bords du Vaccarès tant du point de vue agricole que taurin. Éleveur de bétail brave, sa ganaderia du Laget était souvent sortie dans les arènes du Sud-Ouest. Torero à cheval il avait pris l’alternative en 1978 des mains de la légende Alvaro Domecq avant que de confirmer dans le temple du toreo à cheval à Lisbonne, haut-lieu de la tauromachie équestre, puis que de sillonner le monde taurin. On l’a ainsi vu souvent depuis les années 80 et pendant 30 ans à Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne, Soustons ou Tyrosse. 

Parmi les meilleurs toreros à cheval de sa génération, Luc Jalabert était un cavalier exceptionnel, un dresseur de chevaux fabuleux et un torero puissant. Il y a plus de 20 ans, l’Arlésien avait, avec son frère Marc, pris la direction des arènes de sa ville natale, direction qu’il avait cédé à son fils, le matador Juan Bautista, et à sa fille, il y a deux ans. La Provence est orpheline de l’un de ses fils illustres, le monde taurin, des deux côtés de l’Atlantique est en deuil.

Arles, la cathédrale taurine  de Luc Jalabert
Arles, la cathédrale taurine de Luc Jalabert © Maxppp - valérie Farine
Choix de la station

À venir dansDanssecondess