Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lunéville va déconventionner son théâtre et suscite les réactions

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Un rassemblement doit animer le conseil municipal de Lunéville ce jeudi 10 décembre : une manifestation en soutien au théâtre de la ville que la municipalité entend déconventionner pour une programmation avec davantage de vaudevilles et de magiciens et cela suscite les réactions.

Lunéville veut couper les ponts avec la scène conventionnée.
Lunéville veut couper les ponts avec la scène conventionnée. © Radio France - Thierry Colin

Quel avenir pour le théâtre municipal de Lunéville ? Ce sera une «programmation différente pour satisfaire un plus grand nombre de publics» affirme la maire de Lunéville, Catherine Paillard, qui ajoute : «Je veux ouvrir ce théâtre aux Lunévillois». L’équipe municipale propose, ce jeudi 10 décembre en conseil municipal, de déconventionner le théâtre. 

La nouvelle élue souligne que la Drac, Direction régionale des affaires culturelles, apporte 50 000 euros chaque année contre 807 000 euros pour la municipalité de Lunéville. «Ce sont les Lunévillois qui ont le plus leur mot à dire et ça sera des programmes de qualité : du théâtre de rue, de la danse, du théâtre privé avec du théâtre de boulevard et également la magie de l'illusion...» 

Si personne ne s'offusque contre le vaudeville à Lunéville, la décision concernant le théâtre adossé au château indigne les artistes qui ont fait vivre La Méridienne, à l’image de Jean de Pange, metteur en scène de la compagnie régionale Astrov : pour lui cette scène conventionnée est un atout et déchirer cette convention s'apparente à une insulte pour tous les artistes qui se sont investis à Lunéville :  «Il y a quelque chose de triste et de presque un peu insultant de ne pas prendre la mesure que Lunéville est dotée d'une institution, d'un équipement culturel, d'une équipe qui fait un travail qui dépasse le cadre de la programmation. 

Jean de Pange.

Est-ce qu'on n'est pas là, entouré de gens qui parlent de ce qu'ils ne connaissent pas ? Une scène conventionnée, c'est aussi un théâtre qui prend des risques et je la connais personnellement la programmation et il n'y a rien d'élitiste là-dedans. On se base sur quoi ? Sur un titre ? Sur une plaquette ? Sur une sorte d'a priori ? Mais allez-y au théâtre». 

Si j'ai voulu faire du théâtre, c'est aussi parce qu'il y avait ce théâtre là, à 30 kilomètres de chez moi

Même sentiment de gâchis pour Guillaume Cayet, auteur de théâtre, qui a découvert le spectacle vivant à Lunéville. L’artiste, originaire du petit village d'Angomont dans le Lunévillois, dirige aujourd’hui une compagnie en Auvergne, Le désordre des choses, et ce changement de cap est pour lui une mauvaise nouvelle : «J’ai été spectateur en tant qu'enfant de ce théâtre et j'ai vu combien la création contemporaine m’avait apporté, car ce n’était pas une création qu'on voyait à la télé avec des têtes d'affiche et si j'ai voulu faire du théâtre, c'est aussi parce qu'il y avait ce théâtre là, qui était à 30 kilomètres de chez moi, qui m'a apporté cette ouverture d'esprit sur le monde». 

Guillaume Cayet.

Et le dramaturge originaire du Lunévillois de poursuivre «Un théâtre déconventionné, c'est un théâtre qui va devenir un théâtre de diffusion, l'antichambre de la télévision et du théâtre privé français.»

Courrier à Roseline Bachelot et manifestation

Pour l’opposition municipale, la ville va perdre près de 200 000 euros de subventions, accordées par la Drac, la région Grand-Est, le département de Meurthe-et-Moselle sur un budget annuel d’un million d’euros.

La culture ce n'est pas simplement voir ce que l'on voit ailleurs

Un changement de cap radical que ne comprend pas Barbara Bertozzi, conseillère municipale d’opposition et qui siège au conseil d'administration du théâtre La Méridienne : «Pour nous, c'est sûr qu'il ne fallait pas renoncer à la scène conventionnée. On a quand même, pour une petite ville comme Lunéville de même pas 20 000 habitants, une scène d'intérêt national, et beaucoup de villes nous envient. 

Je ne pense pas qu'il y ait une culture populaire qui s'oppose à une culture élitiste, comme voudrait le faire croire madame le maire. Pour nous, la culture ce n'est pas simplement voir ce qu'on voit ailleurs, c'est être surpris». 

Une bataille politique.

L’opposition a écrit un courrier à la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, et demande un ajournement de la décision en attendant une réponse du ministère. Un rassemblement de soutien au théâtre La Méridienne est prévu avant le conseil municipal à 19H45, ce jeudi 10 décembre, devant la salle polyvalente « Le Réservoir » à Lunéville et une pétition photo en ligne est lancée sur facebook

Choix de la station

À venir dansDanssecondess