Infos

VIDÉO - Maison avec monastère du Xe siècle à vendre dans les Pyrénées-Orientales

Par Isabelle Lassalle et Mukashyaka Nsengimana, France Bleu Roussillon dimanche 28 août 2016 à 6:00

 Le monastère del Camp vu du ciel, Pasa
Le monastère del Camp vu du ciel, Pasa - Vlady Vandewalde

La bâtisse, d'une surface habitable de 2 225 mètres carrés, est située dans la commune de Passa, à 20 minutes de Perpignan, sur un terrain de trois hectares. Prix de vente : deux millions d'euros.

Le Monastir del Camp à Passa est un lieu chargé d'histoire, un collage de constructions d'époques différentes : les premières pierres datent du Xe siècle, les dernières, du XVIIIe. Nicole organise des visites et connaît l'histoire du monastère par cœur. Une légende en particulier circule, explique t-elle :

" Il y aurait eu une première chapelle au XIe siècle... Charlemagne aurait combattu les Sarrasins près d'ici. La légende dit qu'il a construit la chapelle pour honorer une source miraculeuse."

Dans le monastère del Camp, Pasa  - Aucun(e)
Dans le monastère del Camp, Pasa - vlady Vandewalde

La bâtisse appartient à la famille Jaubert depuis 200 ans. Des générations d'agriculteurs et de vignerons ont occupé les 2500 mètres carrés habitables et le terrain de trois hectares, jusqu'à Xavier, 55 ans. C'est lui qui vend le monastère. L'état des lieux est encore très bon assure-t-il : "Mes parents habitaient sur place. Ils entretenaient le monastère, c'est donc habitable tout de suite."

"Quand on va le vendre, ça va être hyper dur, mais je pense que ça va être un renouveau en fait. On va pouvoir recommencer une autre vie, faire d'autres projets, je pense que mon père et ma mère en ont conscience."

L'arbitre de la séparation est l'agent immobilier Vlady Vandewalde. Spécialiste des maisons exceptionnelles, il a l'habitude d'intervenir dans les histoires de familles :

Monastir del Camp, Passa - Aucun(e)
Monastir del Camp, Passa - Vlady Vandewalde

"Le lieu est tellement fort qu'il prend le pas sur l'humain et je pense que sa sœur aussi est dans cette démarche. La vente malheureusement est un passage obligé pour pouvoir s'en dégager."

Pour l'instant une poignée d'acheteurs français sont en négociation, tous avec des projets touristiques. Xavier et sa sœur, les propriétaires, insistent :

"Ce n'est pas une question d'argent. Je ne veux pas passer devant le Monastir et voir des mobiles homes. J’espère et je souhaite que le Monastir garde son emprise, son âme."

Partager sur :