Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Mamène vs. Beste: polémique autour du concert de Lorenzo à Dijon

lundi 31 juillet 2017 à 19:06 Par Lisa Guyenne, France Bleu Bourgogne

Un collectif féministe a lancé une pétition demandant d'annuler la venue du rappeur Lorenzo pendant le concert de rentrée, le 1er septembre. En réponse, le Rennais a, lui aussi, publié une pétition sur internet. La ville de Dijon, elle, prend position pour défendre le musicien.

Lorenzo se présente toujours vêtu d'un bob et de lunettes de soleil.
Lorenzo se présente toujours vêtu d'un bob et de lunettes de soleil. - Lorenzo - Youtube

Dijon, France

En cette veille de mois d'août, une polémique en ligne sur fond de concert de rentrée a fait sortir Dijon de sa torpeur estivale. En cause, une pétition : "Contre le concert de Lorenzo", a été lancée mi-juillet par deux collectifs féministes, Beste et Greenwitches. Ces derniers réclament l'annulation du concert du rappeur Lorenzo à Dijon, prévu le 1er septembre, jugeant son oeuvre "raciste, fasciste, sexiste, homophobe, transphobe, pédophile" et l'accusant de vanter "diverses formes de violences, comme le viol". Tout en donnant une liste de paroles illustrant cette position. A l'heure où nous écrivons ces lignes, la pétition a récolté environ 1000 soutiens.

"Venant de lui, ce n'est pas du second degré"

Une membre du collectif Beste, qui a souhaité rester anonyme, argue qu'il est impossible de considérer les propos du rappeur comme humoristiques : "On peut pas invoquer le second degré, venant de sa part ça n'en est pas. La définition du second degré, c'est faire passer une idée en évoquant son contraire. Lui, je ne pense pas qu'il se positionne sur ces questions. Et je ne pense pas qu'il ait beaucoup d'idées en général. En fait, en tant que collectif, on se fiche un peu de ce mec. Mais c'est la banalisation de ces propos qui est problématique, et la réalité bien plus grave qui se cache derrière. C'est violent à l'encontre des gens concernés par ces problèmes."

La contre-pétition fait le buzz en ligne

En réponse, ce lundi, Lorenzo himself a décidé de lancer sa propre pétition "Contre les féministes qui veulent interdire le concert de Lorenzo". Succint, le texte demande aux organisateurs du concert de rentrée "de laisser programmer Lorenzo mais d'interdire la présence des féministes durant son super concert." Relayée sur Twitter, la pétition a récolté plus de 20 000 signatures en une après-midi. Lorenzo, fidèle à lui-même, nous a expliqué avoir "la flemme de téléphoner" pour clarifier sa démarche. Position confirmée par son service de presse qui a indiqué "que personne n'ira plus loin pour rebondir sur ce cas totalement isolé".

"Ce n'est pas Alain Soral ou Dieudonné"

Personne, sauf la ville de Dijon, qui ne laisse planer aucun doute quant à son positionnement dans ce débat. "Il n'est pas question que nous censurions un artiste, de façon très claire", affirme Christine Martin, adjointe à la culture. Elle justifie le choix de cet artiste polémique : "Nous avons fait le choix de programmer pour un très, très large public. Lorenzo atteint énormément de vues sur Youtube, il a joué dans toutes les grandes villes cet été : à Dour, aux Eurockéennes... Il fait partie des artistes aimés et reconnus par le public jeune. Et ce public sait pertinemment que Lorenzo est dans la provocation, l'humour ravageur."

Elle insiste : "On peut ne pas aimer, mais ça reste du second, voire du 25ème degré. Il ne faut pas confondre le travail d'un artiste et sa personnalité. Lorenzo, ce n'est pas Alain Soral ou Dieudonné. On n'est pas dans de l'idéologie, on est dans la bouffonnerie. La parodie, poussée à l'extrême, de certains groupes de rap aujourd'hui."

Lorenzo, rappeur français originaire de Rennes en Bretagne, s'est fait connaître récemment pour ses textes extrêmement crus et ses expressions bien particulières, telles que "mamène" ou encore "empereur du sale", qui est aussi le titre de son premier album. Il se produira donc à Dijon le 1er septembre au soir, pendant le concert de rentrée.