Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Culture – Loisirs

Martha Cooper, l'oeil du street art, expose à Bayonne

vendredi 21 septembre 2018 à 20:11 - Mis à jour le mercredi 17 octobre 2018 à 5:42 Par Valérie Menut, France Bleu Pays Basque

La photographe Martha Cooper expose jusqu'à fin octobre environ 200 de ses clichés au DIDAM à Bayonne, dans le cadre du 2ème festival de street art "Points de Vue". Un véritable événement pour tous les amoureux de graffiti.

Martha Cooper, photographe new-yorkaise de 75 ans, légende vivante dans le milieu du street art, devant quelques-uns de ses clichés, au DIDAM
Martha Cooper, photographe new-yorkaise de 75 ans, légende vivante dans le milieu du street art, devant quelques-uns de ses clichés, au DIDAM © Radio France - Valérie Menut

Bayonne, France

A 75 ans, elle a toujours l'oeil malicieux, qui scintille. Un oeil qui capte à travers l'appareil photo les graffiti et les messages des graffeurs à travers le monde depuis une quarantaine d'années. La New-Yorkaise Martha Cooper est ainsi devenue au fil des ans LA référence dans le milieu du street art. Elle a vu le mouvement évoluer "d'underground à above ground", de la confidentialité à un art au grand jour. Elle connaît tous les plus grands, qu'elle a vu débuter, comme Lady Pink alors que l'artiste en devenir n'avait que 15 ans, à la fin des années 70. 

Martha Cooper a un projet avec Seth, connaît bien Lady Pink, et rêve de rencontrer Bansky.

Anthropologue de formation, Martha Cooper ne se considère pas comme une artiste. "Je photographie les artistes, leurs créations. J'aime bien faire des plans larges pour contextualiser leurs oeuvres. Je suis une journaliste d'une certaine façon. Je me considère plus comme une photographe-documentaire" précise l'Américaine.

Près de 200 photographies signées Martha Cooper sur les murs du DIDAM pendant 5 semaines. - Radio France
Près de 200 photographies signées Martha Cooper sur les murs du DIDAM pendant 5 semaines. © Radio France - Valérie Menut

Des clichés inédits pris à Bayonne

Entre action politique et aventure urbaine, Martha Cooper n'a de cesse de photographier ces graffiti encore aujourd'hui. A Moscou début septembre ("un peu risqué, mais terriblement excitant de suivre des graffeurs dans un contexte illégal"), à Bayonne 15 jours plus tard. Présente pour l'inauguration de l'exposition bayonnaise, elle n'a pu s'empêcher de se balader dans la ville appareil photo à l'affût et a réalisé quelques clichés de graffiti, encore et toujours, qui complètent l'exposition "Shooting a revolution, fetearing 1UP Crew", au DIDAM à Bayonne. 

L'exposition est à voir jusqu'au 28 octobre (entrée libre, les après-midis du mardi au dimanche). Elle s'inscrit dans le cadre du 2ème festival de street art bayonnais "Points de Vue" (qui se tient du 17 au 21 octobre, organisé par le centre d'art Spacejunk). 

Présenter les clichés de Martha Cooper est un véritable honneur pour Alban Morlot, le directeur artistique du festival Points de Vue

2013- Bansky stencil, Bronx, NYC (Martha Cooper) - Aucun(e)
2013- Bansky stencil, Bronx, NYC (Martha Cooper) - Martha Cooper