Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

"Mes fils, ces héros", le père de Bigflo et Oli se confie avant le Zénith de Toulouse

vendredi 8 avril 2016 à 7:50 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le phénomène Bigflo & Oli débarque au Zénith de Toulouse ce vendredi 8 avril. Les jeunes rappeurs Florian et Olivio Ordonez ont grandi dans le quartier des Minimes, celui de Nougaro. France Bleu Toulouse a rencontré leur père, Fabian, à quelques heures du concert.

Fabian Ordonez, le père de BigFlo et Oli
Fabian Ordonez, le père de BigFlo et Oli © Radio France - Alban Forlot

Toulouse, France

Si vous avez des ados à la maison, à coup sûr, ils ne parlent que d'eux : Bigflo et Oli. Ils n'ont que 20 et 23 ans, mais remplissent déjà le Zénith et ses 7.000 places au bas-mot. Florian et son petit frère Olivio ont grandi aux Minimes, fait leur scolarité au lycée Saint-Sernin et étudié au Conservatoire de Toulouse. Désormais disque d'or avec leur album la Cour des Grands sorti l'an dernier, les deux rappeurs qui écrivent eux-mêmes leurs textes et mélodies enchaînent les plus grandes places artistiques : le Zénith de Toulouse (avec Zebda avec guest-star! ), l'Olympia à Paris le 27 avril, les Arènes de Nîmes et moult festivals (Vieilles Charrues, le Printemps de Bourges, Solidays, etc).

Leur père, Fabian Ordonez, chanteur de salsa argentin à Toulouse avec son groupe Fabian y su salsa, s'est confié à France Bleu Toulouse, juste avant le concert. Entretien.

INVITE - Fabian Ordonez, le papa de Bigflo & Oli

France Bleu Toulouse : Comment se sent le papa de Bigflo et Oli à quelques heures de ce grand rendez-vous au Zénith ?

Fabian Ordonez : Je suis plus stressé qu'eux, je suis dans le métier et j'appréhende surtout les problèmes techniques, le Zénith c'est une grande salle. Mais je suis un papa enthousiaste et inquiet, très "papa-poule". Comme je jouais surtout le soir et le week-end, j'avais toute la semaine pour m'en occuper quand ils étaient petits. Je les emmenais au théâtre, au Conservatoire où sa mère et moi les avons inscrits. Olivio faisait  de la trompette, Florian de la batterie et moi je faisais le taxi  !

Je faisais le taxi entre l'école, le théâtre, le Conservatoire, les concerts quand ils étaient petits.

Il y a une semaine, dans nos studios, ils nous ont dit qu'ils avaient eu la chance de ne pas être trop poussés par leurs parents....

Ils étaient très libres c'est vrai, mais ils ont passé beaucoup de temps avec moi aux concerts et au Barrio Latino (NDLR : un lieu salsa à Toulouse, quartier Croix-de-Pierre) et dès 5-6 ans, ils montaient sur scène avec nous à taper sur des tambours ou à jouer aux maracas. Depuis tout petits, quand ils voyaient une scène, ils montaient dessus !

Il y a l'influence musicale, il y a aussi l'influence culturelle. Vous êtes argentin, leur mère Patricia d'origine algérienne. Ça a compté ?

Je pense oui. La seule chose, c'est que je les ai dégoûtés de la salsa, ils en ont tellement entendu ! Mais ils aiment tous les styles de la musique, même si le rap passe toujours en premier. Tout ce que je voulais, c'était qu'ils réussissent, peu importe leur style. Mais je le voyais venir car depuis tout jeunes, ils écrivaient des textes, surtout Florian. Leur mère les amenait à des soirées de slam où ils lisaient des textes alors qu'ils n'avaient pas dix ans, pour les autres, c'était une curiosité.

Florian et Olivio sont venus en mars dans les studios de France Bleu Toulouse - Radio France
Florian et Olivio sont venus en mars dans les studios de France Bleu Toulouse © Radio France - Alban Forlot

La réputation un peu sulfureuse du rap ne vous a  pas fait peur en tant que parents ?

Au contraire, on n'a rien dit, on les a même encouragés. D'ailleurs, ils ont mis en ligne sur Youtube le premier clip de rap qu'ils ont fait à l'âge de 9/11 ans, c'est moi qui filmait dans les rues de Toulouse. Et dès cet âge, leur écriture était très profonde, rien à voir avec le rap typique.

Florian et Olivio sont toujours très attachés à Toulouse ?

Ah oui ! Florian dit toujours qu'il ne quittera jamais Toulouse, comme Nougaro et Zebda. Ils sont amoureux de Toulouse, l'une de leurs premières chansons, c'était "Fiers d'être Toulousains" qu'ils avaient chanté pour le 14-Juillet sur les allées Jean-Jaurès devant des milliers de personnes.

"Fiers d'être Toulousains", ça rappelle Zebda. D'ailleurs vos filS vont faire l'Olympia dans trois semaines. Ça faisait quatre ans qu'un groupe toulousain n'avait pas rempli l'Olympia*. Et c'était Zebda évidemment...

Un des premiers concours que les garçons ont gagné, avec cette chanson d'ailleurs, c'est le Concours Claude Nougaro, remis par Zebda. Ils se sont souvent revus, ils les appellent "Tontons", comme Akhénaton du groupe IAM. Beaucoup d'artistes les ont pris sous leurs ailes.

Ils surnomment les membres de Zebda "Tontons"

* les Toulousains de Cats on Trees ont fait l'Olympia en 2015, mais  avec d'autres artistes sur scène, pour l'anniversaire d'une radio concurrente

Il vous arrive parfois de vous réveiller et d'avoir du mal à réaliser que vos enfants sont devenus des stars, disques d'or, 430.000 fans sur Facebook ?

Moi je savais depuis le début qu'ils étaient en avance pour leur âge, donc leur succès ne me surprend pas. Ce qui m’étonne le plus, ce sont leurs fans. C'est incroyable, ils sont à fond, ils les suivent en permanence. Et Florian et Olivio sont très proches de leurs fans.

►►► Réécouter l'émission du 2 avril sur France Bleu Toulouse, Franck Langlois recevait Bigflo & Oli