Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

MIMOS 2017 : 80 000 spectateurs au rendez-vous à Périgueux

dimanche 30 juillet 2017 à 13:54 Par Manon Derdevet, France Bleu Périgord

Hier s'est achevée l'édition 2017 de MIMOS. Pour les organisateur de la 35 éme édition du festival des arts du corps, du geste et du mouvement le bilan est positif. 80 00 spectateurs ont assisté aux spectacles. Mais les professionnels s'inquiètent du manque de reconnaissance de l'art du mime.

124 spectacles ont été joués dans le OFF de MIMOS
124 spectacles ont été joués dans le OFF de MIMOS © Radio France - Benjamin Fontaine

Périgueux, France

Comme chaque année le mime était en fête la semaine dernière dans les rues et les théâtres de Périgueux. Pour les organisateurs de MIMOS, l'édition 2017 est sans conteste un véritable succès. 80 000 personnes se sont déplacées pour aller les IN et les OFF du festival selon eux. Soit une fréquentation quasi semblable à celle de l'édition 2016.

Un Monsieur culbuto, une funambule et des spectacles de rues, ce sont surtout les 124 représentations du festival OFF dans les rues qui ont attiré le public avec des spectacles haut en couleurs très appréciés des passants.

Ni les contraintes induites par les mesures de sécurité ni la météo capricieuse ont empêché le festival de rayonner pour Chantal Achilli, la directrice du festival qui se félicite de cette réussite.

Le mime, une discipline peu reconnue

Derrière ce succès, les organisateurs attirent l'attention sur le manque de reconnaissance de l'art du mime, bien moins mis en valeur que la danse, le cirque ou le théâtre. Ils soulignent aussi notamment le manque de moyen alloués à MIMOS, le plus grand festival de ce genre en Europe insistent-ils.

"C'est un art muet qui a du mal à faire entendre sa voix" Antoine, Audi maire de Périgueux

Pour Chantal Achilli comme pour le maire de Périgueux, Antoine Audi, le mime est le parent pauvre des subventions destinées à la culture en France. "C'est un art muet qui a du mal à faire entendre sa voix" souligne Antoine Audi, le maire de Périgueux qui insiste sur la nécessité de demander aux pouvoirs publics plus de moyen pour soutenir l'art du mime. "Nous faisons avec trois bouts de ficelle" Chantal Achilli, alarme la directrice du festival MIMOS

"Nous faisons avec trois bouts de ficelle" Chantal Achilli, directrice du festival MIMOS

Pour l'édition 2018, la question du budget sera donc au centre des préoccupations des organisateur. Des discussions avec la Direction régionale de l'action culturelle (DRAC) Nouvelle Aquitaine seront notamment engagées.