Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : France Bleu Montagne

Miss Hawley, la mémoire de l’himalayisme, s’est éteinte au Népal

vendredi 26 janvier 2018 à 20:29 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère

La journaliste américaine Elizabeth Hawley est décédée ce vendredi à Katmandou, au Népal. Elle avait 94 ans. Pendant 50 ans, elle a recensé de façon méticuleuse les ascensions des sommets népalais, notamment l’Everest.

Elizabeth Hawley
Elizabeth Hawley - Alexander Roumega

On peut avoir rencontré des milliers d’alpinistes et être incollable sur la topographie du Népal en général et de l’Everest en particuler, sans pour autant avoir franchi soi même les portes de la haute-montagne. Elizabeth Hawley, ancienne correspondante de l’agence de presse Reuters, a pendant cinq décennies tenu le registre des ascensions au Népal.

Elle a tenu le registre des ascensions depuis 1963

Sa chronique débute en 1963 quand elle publie une dépêche sur le premier américain au sommet de l’Everest, Jim Whittaker, membre de l’expédition dirigée par Norman Dyhrenfurth. Puis elle commence à recenser toutes les expéditions. Sa méthode se met en place : elle rencontre une première fois les alpinistes à leur arrivée à Katmandou, puis elle leur soumet un questionnaire détaillé à leur retour du sommet afin de valider l’ascension.   

Le guide et alpiniste français François Damilano, dont la première expédition au Népal remonte aux années 80, décrit le cérémonial :

Quand tu arrivais à Katmandou, tu recevais un coup de fil à ton hôtel : ‘Miss Hawley va venir te voir à telle heure’.

Puis, à l’heure dite, « la Coccinelle bleue se garait en bas de la rue, et son majordome lui ouvrait la porte ». 

Elizabeth Hawley avec François Damilano (photo Paulo Grobel) - Aucun(e)
Elizabeth Hawley avec François Damilano (photo Paulo Grobel) - Paulo Grobel

François Damilano a rendu hommage à sa façon à ce « personnage incontournable» en 2008 en gravissant pour la première fois et en solitaire un sommet vierge du Dolpo népalais qu’il a, avec le guide haut-alpin Paulo Grobel, baptisé « Peak Hawley » (6 182 mètres). Une dénomination validée par la suite par le gouvernement du Népal. Paulo Grobel, fin connaisseur du pays, souligne le travail « inestimable » réalisé par Elizabeth Hawley. « Elle était très pointilleuse; avec elle, on était dans le monde de la rigueur » se souvient le guide. Paulo Grobel, qui a travaillé avec Miss Hawley, décrit une personnalité attachante  avec qui il partageait le goût pour la mousse au chocolat et le bon vin. Mais on aurait tord de la « réduire au rôle d’arbitre » de l’Everest prévient-il. Elizabeth Hawley a aussi été pendant un demi siècle une observatrice de l’évolution politique et sociale du Népal. 

« Ce qu’elle a construit, c’est une richesse, souligne Paulo Grobel. Il faut maintenant que ça perdure ». 

Elizabeth Hawley a su s’entourer d’une équipe de spécialistes pour alimenter « The Himalayan Database » notamment Richard Salisbury et le Français Rodolphe Popier. Cette base de données qui recense les ascensions au Népal fait aujourd'hui référence. Depuis l’an dernier, elle est en accès libre sur internet.