Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Mobilisation contre la création d'un parc de loisirs près d'Évreux

jeudi 25 octobre 2018 à 7:18 Par Laurent Philippot, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Un parc de loisirs autour de l'identité médiévale et viking de la Normandie, c'est le projet porté par Guy Lefrand, le maire d'Évreux et président de la communauté d'agglomération Évreux Portes de Normandie. Mais un collectif vient de se créer pour dire non à ce parc à Gauville la Campagne.

Le collectif Non au parc viking à nos portes a créé cette carte à partir des documents auxquels il a pu avoir accès
Le collectif Non au parc viking à nos portes a créé cette carte à partir des documents auxquels il a pu avoir accès - Non au parc viking à nos portes

Gauville-la-Campagne, France

Ce parc de loisirs, c'est le bébé du maire d'Évreux et président de l'agglomération Évreux de Portes de Normandie. Guy Lefrand croit dur comme fer à l'idée d'un parc autour de l’identité viking , une sorte de Puy du Fou. Le parc, d’une superficie d’environ 50 hectares, se situera à l’ouest de la préfecture de l'Eure, à Gauville la Campagne. Dans le village de 400 habitants, un collectif "Non au parc viking à nos portes" vient de se créer. Il organise ce jeudi 25 octobre une réunion publique à 20h00 à la salle des fêtes du village.

Les nuisances sonores inquiètent les riverains

"Le collectif s'est créé au début de ce mois d'octobre et il rassemble déjà 75 membres actifs", se réjouit Hélène, une de ses membres. Deux pétitions identiques, sur des sites différents ont recueilli un millier de signatures. Principal grief, les nuisances sonores engendrées par la circulation des voitures et des camping cars sur les routes de campagne et par les visiteurs (Évreux de Portes de Normandie en espère 500.000 par an) à deux pas des maisons "la mienne est à 250 mètres" indique Hélène, mais certaines sont beaucoup plus près, à proximité du terrain qui pourrait servir de parking. La jeune femme s'inquiète également de la tranquillité des patients de l'hôpital, situé à un kilomètre du parc de loisirs.

Cette maison qui se situerait à 50 mètres de la limite du parking du parc de loisirs perdrait 30% de sa valeur - Radio France
Cette maison qui se situerait à 50 mètres de la limite du parking du parc de loisirs perdrait 30% de sa valeur © Radio France - Laurent Philippot

Parc de loisirs ou parc d'attractions ? 

Si le président d'EPN présente ce futur équipement comme un parc de loisirs, destiné à renforcer l'attractivité économique de la Normandie et à en développer l'économie, pour Hélène, c'est clairement un parc d'attractions "mi Puy du Fou, mi Waliby", avec, détaille-t-elle, "des spectacles type «Cinescénie» avec tirs de feux d’artifices, une quarantaine de manèges dont un grand huit type «Boomerang» de 88 mètres de long, 30 mètres de haut et d'une  capacité de 760 personnes par heure".

Les élus doivent voter le 19 décembre

Pour créer ce parc Terre de Vikings, situé en partie sur des terres agricoles, une déclaration d'utilité publique doit être votée par Évreux Portes de Normandie, pour acquérir le terrain et exproprier l'agriculteur, car il ne veut pas vendre et fait même partie du collectif. Le vote devait avoir lieu la semaine dernière en conseil communautaire, mais devant les nombreuses interrogations des conseillers, le président d'EPN, Guy Lefrand, a pris la décision de le repousser au 19 décembre, afin que tous les élus aient les informations nécessaires et même connaître le nom du promoteur. Lors du dernier conseil, les opposants au parc viking s'étaient invités devant les grilles de l'hôtel d'agglomération. En attendant le vote, le collectif ne baisse pas les bras et annonce déjà des actions dans les jours qui viennent, comme le déploiement le long de la Nationale 13 d'une immense banderole pour dire non au projet.