Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : La disparition de Johnny Hallyday

Mort de Johnny Hallyday : "On n'y croit pas, même ces gens-là meurent !" déclare Frédéric Boisnard du groupe Archimède

mercredi 6 décembre 2017 à 8:58 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

Frédéric Boisnard, membre du groupe Mayennais Archimède, a réagi à la mort de Johnny Hallyday ce mercredi matin sur France Bleu Mayenne.

Johnny Hallyday est mort à 74 ans.
Johnny Hallyday est mort à 74 ans. © Getty

Laval, France

Frédéric Boisnard, membre du groupe Mayennais Archimède, s'est exprimé ce mercredi matin sur France Bleu Mayenne, après l'annonce de la mort de Johnny Hallyday. Le rockeur est décédé à l'âge de 74 ans des suites d'un cancer des poumons.

"Ça fait assez bizarre".

"Comme des millions de Français, on se lève ce matin, on a des notifications sur nos téléphones, et on n'y croit pas. Un peu comme quand Michaël Jackson est mort, Prince, ou David Bowie, on se dit "même ces-gens là meurent". Ça fait bizarre".

"Il s'est intéressé à nous, et il nous a proposé de faire des premières parties sur sa tournée".

Le groupe Mayennais avait écrit une chanson pour l'avant-dernier album de Johnny Hallyday, "À l'abri du monde", et avait réalisé cinq premières parties des concerts du rockeur. "On l'a rencontré après la sortie de l'album. Il est venu jouer à Rennes, on a essayé de le rencontrer pour le remercier de nous avoir fait confiance, parce qu'il savait que c'était Archimède qui avait écrit cette chanson. On est rentrés dans sa loge, et il nous a dit "je suis très content, cette chanson est super". Il s'est intéressé à nous, et il nous a proposé de faire des premières parties sur sa tournée. C'était un jeudi, et le samedi on a fait sa première partie à Brest".

"On a pu parler avec lui, j'ai pu lui faire dédicacer de vieilles photos".

"Lors de ses concerts, on joue avant Johnny, mais aussi devant Johnny puisqu'il y a des milliers de sosies au premier rang, et c'est assez bizarre, tu as le Johnny 1980, le Johnny 1970. Mais on s'en est amusé. Et du coup sur cette base de première partie à Brest, on a été pris sur quatre autres, Clermont-Ferrand, les arènes de Nîmes. On en a fait cinq en tout. On a pu parler avec lui, moi j'ai pu lui faire dédicacer des vieilles photos que mon père avait, parce qu'il l'avait vu aussi au théâtre de Laval".

"Sur scène, Johnny c'est une machine de guerre".

"Sur scène, Johnny c'est une machine de guerre, ça trace du début à la fin. Sur cette tournée-là, on nous disait toujours de faire attention aux lumières, que le show devait monter en puissance. Et lui, dès le premier titre, c'est "Allumer le feu", et boum ! Tout éclate, les lumières vont dans tous les sens. C'est tout l'inverse de ce qu'on nous a appris, c'est assez drôle. Ça marche à fond".

"Johnny, c'est Dieu quelque part".

"Il a été gentil. C'était quelqu'un de très et très pudique. C'est Dieu quelque part quand il arrive dans les loges. Il arrive et tout le monde se lève, pour lui laisser sa place. C'était assez incroyable. Et quand on le voit en loge, assis, comme nous, qui fume sa clope, qui boit son café, puis quand on le voit, un quart d'heure après sur scène, c'est hallucinant. C'était un homme de scène. C'est une transformation c'est incroyable".

"C'était un homme de scène".

Frédéric Boisnard, du groupe Archimède, réagit à la mort de Johnny Hallyday.