Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

105 nouvelles œuvres en un an au musée Fabre de Montpellier

mardi 19 décembre 2017 à 18:24 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault

En 2017, le musée Fabre de Montpellier a acquis 105 nouvelles œuvres qui sont présentées progressivement au public. C'est 400.000 euros dépensés chaque année.

Portait de Joseph Bonnier de la Mosson, Jean Ranc (1702)
Portait de Joseph Bonnier de la Mosson, Jean Ranc (1702) © Radio France - Nérissa Hemani

Montpellier, France

En dix ans, le musée Fabre de Montpellier a investi 10 millions d’euros dans l’achat d’œuvres nouvelles. Un dynamisme important qui lui permet de se placer parmi les musées les plus actifs de France. Cette année l’établissement a accueilli 105 nouvelles œuvres d’art.  

Des partenaires actifs

"C’est un musée qui enrichit sans arrêt ses collections et qui suscite des dons des artistes. Un musée vivant qui a pris sa place dans le paysage national et international", explique Philippe Saurel, le président de Montpellier Métropole.

La métropole de Montpellier contribue à hauteur de 400.000 euros chaque année au budget d'acquisition. La Fondation d’entreprise du musée Fabre, les Amis du Musée Fabre et les mécènes ponctuels permettent également d’enrichir les collections. 

Des acquisitions majeures 

De l’art classique à l’art contemporain, des artistes locaux et internationaux, le musée tient à diversifier ses acquisitions. 

"Ces rotations sont nécessaires pour que le public montpellierain puisse découvrir différemment le musée." Le directeur du musée

Michel Hilaire, conservateur du musée Fabre

Parmi les 105 nouvelles œuvres on trouve : 

  • Le buste Jean Deydé par Christophe Veyrier (1684). Ce personnage du Languedoc a été réalisé sous la direction du plus grand sculpteur français de cette époque.  Le buste rejoint ainsi celui de son épouse et de sa fille dans les galeries du Musée Fabre. 
  • Vue de Florence et de l’Arno de Joseph Wright Derby (1783). Derby est l’un des plus grands peintres anglais de la fin du 18e siècle. Ce paysage à la lumière exceptionnelle témoigne de de l’Italie de la Renaissance. 
  • Dernière acquisition en date : les portraits de Joseph Bonnier de la Mosson et de sa femme Anne Melon de Jean Ranc (1702). Né à Montpellier, Jean Ranc est l’un des portraitistes les plus apprécié de la Régence. Joseph Bonnier de la Mosson était le trésorier des Etats du Languedoc et son épouse était la fille du maire de Montpellier au début du 18e. Ces portraits ont coûté 30 000 euros.

"Avant d’appartenir au Musée, les portraits ont connu d’illustres propriétaires."

Pierre Stéphanov, conservateur du patrimoine au musée Fabre

"On les retrouve au XIXe siècle dans les collections de Georges V, le roi de Hanovre en Allemagne. Dans les années 60, ils sont même acquis par le président américain Lyndon Johnson." Pierre Stephanov, conservateur du patrimoine au musée

Les portraits ont coûté 30.000 euros. Prochain objectif pour le musée : poursuivre le travail d’enrichissement du fond d’œuvres modernes et contemporaines.