Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Musilac au début, c'était comment ?

jeudi 12 juillet 2018 à 5:35 Par Élisa Montagnat, France Bleu Pays de Savoie

Musilac, c'est 50 concerts en quatre jours, du 12 au 15 juillet. En 17 ans d'existence, le festival a pris beaucoup d'ampleur. Jérôme, Bernie et Cyril ont travaillé sur toutes les éditions : ils ont vu l'évolution de 2002 à maintenant, en collectant, au passage, pas mal d'anecdotes...

Environ 100 000 personnes sont attendues à Musilac ces quatre prochains jours
Environ 100 000 personnes sont attendues à Musilac ces quatre prochains jours © Maxppp -

Aix-les-Bains, France

15 000 festivaliers en 2002 et 95 000 l'année dernière, petit festival est devenu grand ! 

Interview de Jérome, Bernie et Cyril qui travaillent sur le festival depuis la première édition

Lors de la première édition de Musilac il y a 17 ans, Jérôme, Bernie et Cyril faisait déjà parti de la petite équipe de quinze personnes qui travaillait sur le festival : "Le site ne faisait même pas la moitié de ce qu'il fait maintenant, il y avait 15 bungalows alors que maintenant il y en a 115... Ça n'a plus rien à voir." 

"C'était plus familial, et plus rock'n'roll !"

En 2002, l'ambiance était différente elle aussi : "Les premières années c'était plus familial, et plus rock'n'roll !" confie Bernie. "Il n'y avait pas de barrières partout, c'était un peu ouvert à tous les vents... On mangeait avec les artistes aussi, alors que maintenant tout est séparé. On ne peut plus aller dans les loges, ils ont des loges énormes maintenant, avec un jacuzzi !"

Une équipe de quinze personnes à la base, ils sont maintenant 200

Dans le travail des techniciens, la différence se ressent également. Si, à l'époque, ils étaient polyvalents, ils sont maintenant chacun affilié à une tâche bien spécifique, comme "runner" (faire des courses) ou "termite" (s'occuper de la menuiserie) : "Il y a 17 ans c'était une petite scène qu'on montait nous, et puis on faisait tout : on déchargeait les camions, on faisait la lumière, chauffeurs d'artistes... Maintenant ça s'est professionnalisé : _on est jusqu'à 200 les jours de festival_"

"Mon seul regret : il faudrait que le rock'n'roll revienne un peu !"

A Musilac, la programmation musicale a bien évoluée, elle aussi, en 17 ans : "Les premières éditions étaient plus rock... C'est mon seul regret, il faudrait que le rock'n'roll revienne un peu !" confie Jérôme. Avec une trentaine d'artistes par édition, les trois techniciens ont croisé du beau monde : "Je me souviens du concert de Johnny Clegg : le public ne voulait pas que ça s’arrête, on s'est fait huer quand on a voulu sortir son matos !" confie Bernie. 

Le concert de John Butler Trio, en 2008, l'a marqué aussi : "Ils sont arrivés avec deux heures de retard et ils n'ont pas pu faire de balance. Je demande au backliner si ils vont pouvoir jouer quand même, il me prend la main et me dis t'inquiète ça va être monstrueux... Et ça a été monstrueux !" 

Depeche Mode jouera ce soir sur la scène de Musilac - Maxppp
Depeche Mode jouera ce soir sur la scène de Musilac © Maxppp - Matthieu Botte

Musilac c'est de la musique, mais aussi des rencontres. En 17 éditions, les trois techniciens ont amassé bon nombre d'anecdotes. "Mais sur certaines, on est quand même soumis au secret professionnel, on ne peut pas tout dire !" plaisantent-ils. Cyril, par exemple, a _"_un bon souvenir avec Bertrand Cantat malgré ce qu'on en dis... Il m'a laissé son Libération, je l'avais trouvé sympa. Un an après, il s'est passé ce qu'il s'est passé..." Il se rappelle, aussi : "Le batteur de M avait passé la journée sur le ponton les pieds dans le lac, il avait les jambes recouvertes de piqûres de puces de canard, je n'avais jamais vu ça !" 

Des souvenirs comme ça, ils en ont plein d'autres en tête. Comme la fois où Iggy Pop est venu en bateau depuis l'autre côté du lac, ou quand Vanessa Paradis et M se sont baignés juste à côté du site...

D'autres souvenirs sont "un peu plus tendu" confie Bernie : "L'année de la grève des intermittents en 2003, les gars de Renaud n'avaient rien voulu bouger sur le plateau et le groupe La Tordue qui devait jouer après était parti, furieux... En représailles, _on a décidé de ne pas démonter le concert de Renaud_, et beaucoup de gens nous ont félicité pour ça d'ailleurs !". Coup d'envoi de Musilac ce soir, avec, entre autres, Depeche Mode et Simple Minds.