Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mystère autour de photos d'une rafle vendues à Reims il y a une dizaine d'années

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Le Mémorial de la Shoah expose à partir du 14 mai à Paris 98 photos prises il y a 80 ans lors de la "rafle du billet vert" (3.747 Juifs déportés). Des photos vendues il y a une dizaine d'années dans une brocante à Reims, sans que l'on sache comment elles étaient arrivées dans la Cité des Sacres.

La "rafle du billet vert a eu lieu les 14 et 15 mai 1941 au gymnase Japy à Paris
La "rafle du billet vert a eu lieu les 14 et 15 mai 1941 au gymnase Japy à Paris - Mémorial de la Shoah

C'est une véritable énigme historique : comment des photos d'une rafle qui a eu lieu en 1941 à Paris se sont-elles retrouvées un jour à Reims ? Le Mémorial de la Shoah se pose la question. Il a récemment acquis 5 planches contact, soit 98 photos prises pendant la "rafle du billet vert", les 14 et 15 mai 1941 au gymnase Japy à Paris.

"Ce sont deux collectionneurs qui sont venus nous voir avec ces planches contact, qu'ils avaient achetées à un marchand normand. Ce marchand les avait lui-même achetées lors d'une brocante à Reims il y a plus de 10 ans !", explique Lior Lalieu-Smadja, responsable de la photothèque du Mémorial de la Shoah, incapable pour le moment de savoir comment ces photos sont arrivées dans la Marne.

Des photos signées du photographe allemand Harry Croner

Pour tenter de percer le mystère, le musée parisien a remonté le fil via l'histoire du photographe : Harry Croner, soldat allemand de la "Propaganda Kompany". "Ce que l'on sait, c'est que quelques années après avoir photographié cette rafle, il sera révoqué parce que l'on découvre que son père est juif. Il sera alors interné dans un camp de travail dans l'ouest de la France, donc loin de Reims", dit Lior Lalieu-Smadja.

L'appel est donc lancé aux Rémois, Marnais, ou autres, qui auraient eu un jour ces photos dans les mains, d'autant plus qu'il en manque ! "Nous avons les planches numérotées de 182 à 187 et il manque la 185"

Certaines des 98 photos acquises par le Mémorial de la Shoah seront exposées à partir de ce vendredi 14 mai, soit 80 ans jour pour jour après la rafle du billet vert, devant le bâtiment où a eu lieu cette tragédie, le gymnase Japy à Paris.

Le bâtiment devenu le gymnase Japy à Paris
Le bâtiment devenu le gymnase Japy à Paris - Mémorial de la Shoah

3.747 hommes juifs arrêtés pendant cette "rafle du billet vert"

Un couple qui s'embrasse, des enfants amassés devant l'entrée du gymnase Japy, un landau vide... Les photos témoignent de ce qui s'est joué ce jour-là. Si seuls les hommes étaient déportés ce jour-là, les autorités avaient demandé aux épouses de ramener un sac contenant des couvertures et des vivres pour 24 heures.

Nous sommes les 14 et 15 mai 1941, un "billet vert" appelle les plus de 6.000 Juifs étrangers de Paris, principalement des Polonais, à venir se faire recenser dans les commissariats de la ville et de la région parisienne. A l'issue de ce recensement, les 3.747 hommes qui ont répondu à la convocation sont déportés dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande (Loiret) où ils resteront un an, avant d'être déportés à Auschwitz. C'était la première arrestation massive de Juifs en mai 1941.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess