Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Nantes : Prêts pour un Halloween 2.0 ?

mercredi 31 octobre 2018 à 14:26 Par Thomas Larabi, France Bleu Loire Océan

Creusez les citrouilles, aiguisez les tronçonneuses et les arbalètes factices, c'est Halloween ! Mais pourquoi se déguiser, alors qu'il suffit de mettre un casque pour être propulsé au milieu d'un film d'horreur ? C'est l'expérience de réalité virtuelle que propose Hypercube jusqu'à samedi.

Une immersion auditive et visuelle totale
Une immersion auditive et visuelle totale © Radio France - Thomas Larabi

Nantes, France

Un casque noire sur les yeux, une télécommande dans chaque main, une petite trouille au ventre, et en avant pour un Halloween 2.0 ! C'est le frisson d'un nouveau genre, en réalité virtuelle, proposé par l'Hypercube à Nantes jusqu'à samedi.

Pour gros durs et petits trouillards

Incarner le héros d'un film d'horreur, visiter un manoir hanté, voyager à bord d'un grand huit au beau milieu des enfers ... plusieurs expériences sont proposés, pour gros durs et petits trouillards. Et tous les classiques du genre sont là selon Stéphane, souriant et ravi de son expérience : "Les fantômes, les miroirs qui tombent, les petites filles ensanglantées qui te sautent à la gorge...  J'ai pris un p'tit coup de flip' " raconte-t-il. D'autant que l'immersion, visuelle et auditive, est totale. 

Mais l'idée est de faire peur, pas de traumatiser. "On s'adapte en fonction de la peur des gens. On a plusieurs parcours, notamment pour les enfants. Après à l'inverse, si les gens ne sont pas assez réceptifs, on passe la seconde" détaille Alexandre, un des cofondateur du lieu, avec un sourire en coin.