Culture – Loisirs

Le chantier du musée de la Romanité avance plus vite que prévu à Nîmes

Par Camille Payan, France Bleu Gard Lozère lundi 19 octobre 2015 à 18:37

Les premiers murs du Musée de la Romanité sortent de terre
Les premiers murs du Musée de la Romanité sortent de terre © Radio France - Paul Ferrier

Cinq mois après la pose de la première pierre, élus et architectes sont venus se rendre compte, ce lundi, de l'avancée des travaux du musée de la Romanité à Nîmes. Le chantier aurait 10 jours d'avance. L'inauguration est prévue pour le premier semestre 2018.

L'architecte montpelliérain Gilles Gal est chargé du suivi des travaux du futur musée de la Romanité. Selon lui, 60% du gros œuvre est terminé avec, en plus, 10 jours d'avance. 

Pour l'instant  en surface, ce sont surtout des dalles de béton, quelques esquisses de mur et une façade rue de la République maintenue par des étais qui sont les seuls indices du futur musée.

La façade de la rue de la République  - Radio France
La façade de la rue de la République © Radio France

C'est en descendant au sous-sol que l'avancée des travaux est la plus impressionnante : un monde de béton qui laisse imaginer les futurs espaces d'exposition. Au total près de 4.000 mètres carrés entre les expositions temporaires et permanentes. 

Le plus dur à imaginer, c'est encore les jardins qui seront aux nombres de trois sur autant de niveaux. Il reste un énorme travail de terrassement pour pouvoir les créer. Difficile aussi d'imaginer la ceinture de verre qui viendra habiller le musée sur l'extérieur. 

Le Musée de la Romanité tel qu'il sera livré en 2018 - Aucun(e)
Le Musée de la Romanité tel qu'il sera livré en 2018 - Agences Elizabeth et Christian de Portzamparc

Le maire de Nîmes se félicite du respect de l'enveloppe budgétaire

"J'avais demandé à l'architecte Elizabeth de Portzamparc de maintenir et de tenir cette enveloppe. Il reste deux marchés à voter, on peut dire que c'est fait. Soixante millions d'euros TTC de budget. C'est une grosse somme, surtout que pour l'instant nous n'avons eu que 15 millions euros de subventions de l'Agglomération de Nîmes et de la Région. Je vais rencontrer prochainement le président du Conseil Départementale du Gard. Je crois que ce n'est pas qu'aux Nîmois de porter ce projet, le département doit nous aider." (Jean Paul Fournier)

Dans deux mois, les premières œuvres prendront place

Ce sera un déménagement spectaculaire. Quatre mosaïques et une colonne de 3 mètres de haut vont venir prendre place dans le musée de la Romanité les 14 et 15 décembre prochain. 

Des œuvres monumentales de plusieurs tonnes pour l'instant stockées au cloître des Jésuites à Nîmes. Il faudra une grue d'envergure et un convoi exceptionnel pour les transporter au musée. Les œuvres prendront leur place avant de couvrir le futur bâtiment.

Et si on sauvait José Tomas ?

En regardant le chantier aujourd'hui, les Nîmois ont pris l'habitude de voir la fresque qui orne le mur de l'hôpital Ruffi. Une représentation du torero José Tomas en noir sur fond bleu. Sauf que le regard bienveillant du torero est amené à disparaître : le mur doit être démoli. 

Lundi à l'issue de la visite du chantier, l'architecte Gilles Gal, le responsable des travaux, évoquait discrètement avec le maire de Nîmes la possibilité de sauver cette fresque. Il faudra la soutenir, la découper et enfin, lui trouver une place. 

Le musée des cultures taurines a été bien sûr cité dans la discussion. Mais il ne s'agit que de discussions informelles pour le moment. 

La fresque de José Tomas - Radio France
La fresque de José Tomas © Radio France