Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Les coups de cœur de l'été de France Bleu Auxerre

Nos coups de cœur de l’été en Puisaye (3/5) : l’étonnant musée du son de Saint-Fargeau

-
Par , France Bleu Auxerre

Le musée de l'aventure du son à Saint-Fargeau mérite le détour. La visite se fait autant avec les yeux qu’avec les oreilles.

Le musée de l'aventure du son présente plus de 1 000 objets anciens.
Le musée de l'aventure du son présente plus de 1 000 objets anciens. © Radio France - Delphine Martin

Saint-Fargeau, France

Bienvenue chez les Ch’tis du BourdonLe musée de l’aventure du son de Saint-Fargeau existe depuis 1995, dans un ancien couvent des Ursulines. Mais ici, c’est bien le son que l’on vénère. Il y a 7 salles et 1000 objets anciens à découvrir : des premiers phonographes aux tourne-disques des années 60.

On y apprend que les précurseurs, dont le Français Édouard-Léon Scott de Martinville, ont entamé des recherches sur la fixation du son des 1854. On y apprend aussi que c'est un autre français, Charles Cros, qui imagine en premier, dès 1877, un moyen d'enregistrer les sons sur un support. Mais c'est à un Américain, Thomas Edison, que revient la paternité du phonographe.

Un spectacle pour les yeux et pour les oreilles

On traverse les différentes salles, on admire les premiers phonographes, leurs pavillons en acajou ou en cristal, leurs manches et leurs aiguilles en métal brillant. On les regarde et on les écoute aussi.

On s’arrête devant le Gramophone « Le Mozart », construit entre 1897 et 1903, le célèbre appareil peint par Francis Barraud dans son tableau « La voix de son maître » (His Master's Voice en anglais). L’œuvre très connue, qui représente un chien écoutant un gramophone, est devenue le logo d’un label de musique (HMV), qui appartient au groupe EMI.

Des objets insolites et parfois drôles

Dans la salle suivante, on apprécie les pavillons colorés, comme des fleurs, des Pathés «à disques à saphirs» de 1906. On sourit devant le phonographe en forme de Bouddha de 1928, ou devant les petits gramophones pour enfants avec leurs dessins naïfs et leurs pavillons aux couleurs vives.

Une grande partie de la collection du musée a été donnée par l'ancien maire Armand Noguès. - Radio France
Une grande partie de la collection du musée a été donnée par l'ancien maire Armand Noguès. © Radio France - Delphine Martin

C’est un voyage dans le temps, et toutes les générations y sont sensibles. "On a tout type de public. Les personnes âgées viennent voir les vieilles pièces en se remémorant des souvenirs. Les plus jeunes cherchent à comprendre l'histoire du son, eux qui ne connaissent que le MP3 !", explique Brigitte Filaine, agent du patrimoine au musée, qui accueille les visiteurs depuis plus de 10 ans. "Certains jeunes de 20 ans n’ont d’ailleurs jamais vu de disque en vinyle. Ça, ça me donne un coup de vieux quand même !", ajoute cette passionnée en riant.

La magie des appareils de musique mécanique 

On admire les anciens postes de radio. On scrute la collection d’anciens téléphones et puis on s’arrête longuement dans la dernière salle, l’une des plus fascinantes sans doute, celle de la musique mécanique. Il y a là des dizaines d'objets loufoques et festifs, des automates qui font de la musique « tout seuls ». 

Certains sont immenses, comme ce bastringue de 1900, ou cette boite à musique allemande de 1915. Il y a aussi le petit orchestre jazz de 1925 (qui en fait, est très grand !), un immense instrument de foire belge, le Koenigsberg, de 1952 ou encore un limonaire, un orgue mécanique qu’on trouvait dans les manèges à chevaux de bois.

Brigitte Filaine est chargée de les faire fonctionner. Elle y prend un plaisir évident. Et les visiteurs aussi : "parfois, les papys et les mamies se mettent à danser, car il y a de la valse, le sol est en parquet ciré, alors ils s’en donnent à cœur joie", raconte-t-elle avec un sourire. "Et quand ils repartent, ils sont heureux, et nous disent que le musée mériterait vraiment d’être plus connu."

Une visite guidée interactive grâce à une tablette numérique

Depuis peu, les visiteurs (et notamment les enfants) peuvent profiter d’une visite guidée interactive sur une tablette. Il est aussi possible de télécharger la visite en passant par l’application « GuidiGo ». Une manière de rendre le voyage dans le temps encore plus passionnant pour toutes les générations. 

Ce musée municipal est né grâce à la donation inestimable de l’ancien maire du village : Armand Noguès, passionné de phonographes et de musique. Il a légué l’ensemble de sa collection à la commune, soit plus de 150 appareils.

Trop peu de visiteurs

Après lui, c’est un autre élus fargeaulais, Pierre Bordier, ancien sénateur et maire de Saint-Fargeau jusqu’en 2008, qui s’est engagé à développer le musée. En 2000, le conseil général de l’Yonne rachète la collection de phonographes, de radios et d’instruments de musique mécanique du musée de Lanobre, dans le Cantal.

Le musée de l'aventure du son existe depuis 1995. - Radio France
Le musée de l'aventure du son existe depuis 1995. © Radio France - Delphine Martin

Le musée de l’aventure du son de Saint-Fargeau est aujourd’hui le premier musée européen du son. Pourtant, il n’accueille pas plus de 4 000 visiteurs par an (alors que le château de Saint-Fargeau, juste à côté, attire 25 000 personnes chaque année). C’est un lieu trop confidentiel qui mérite pourtant une petite visite.

INFORMATIONS PRATIQUES

  • Horaires : Le Musée de l'aventure du son est ouvert de mars à novembre. De mai à septembre : tous les jours, de 10h à 12h et de 14h à 18h. En mars-avril et octobre-novembre : de 14h à 18h sauf le mardi. Les groupes sont reçus sur réservation toute l’année
  • Tarifs : 6 Euros pour un adulte, 3 Euros pour les enfants (de 7 à 16 ans). La location de la tablette numérique coûte 2 Euros.
Le musée présente des phonographes, des gramophones et des électrophones.  - Radio France
Le musée présente des phonographes, des gramophones et des électrophones. © Radio France - Delphine Martin

NOS COUPS DE CŒUR EN PUISAYE :