Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - "Nous avons besoin de jouer et de vivre tout simplement" : Alain Besset, metteur en scène stéphanois

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le monde de la culture vient de manifester pour demander le déconfinement des lieux culturels. Alain Besset, metteur en scène associé au Chok Théâtre, était l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire pour évoquer les problèmes des théâtres en ces temps de crise sanitaire.

Un an après les premières mesures de fermeture, le monde de la culture toujours dans le flou et l'angoisse.
Un an après les premières mesures de fermeture, le monde de la culture toujours dans le flou et l'angoisse. © Maxppp - AltoPress / Maxppp

Près de 300 acteurs de la culture viennent de défiler dans les rues de Saint-Étienne, dans la Loire, pour une "marche funèbre" à l'appel de la CGT Spectacle. Une manifestation a également eu lieu au Puy-en-Velay, en Haute-Loire. Ce matin, on reçoit Alain Besset, metteur en scène associé au Chok Théâtre, membre du réseau Loire en scène, pour parler de la situation. 

France Bleu Saint-Étienne Loire - Cela fait un an maintenant tout juste depuis les premières annulations de spectacles à cause du coronavirus, sans horizon certain de réouverture pour les théâtres ou les lieux culturels. On a envie de vous demander : comment ça va ? Pas trop de découragement ?

Alain Besset - Nous pouvons répéter, donc c'est moins difficile que pendant le premier confinement. Mais le public nous manque, et je crois que nous manquons aux spectateurs. La culture est en berne, nous attendons tous une reprise même si elle doit être avec des contraintes de distanciation. Nous avons besoin de nous voir, de nous rencontrer, d'échanger, de parler, de montrer ce que nous avons répété depuis des mois ... de vivre tout simplement.

Dans quelles conditions êtes-vous prêt à rouvrir au Chok Théâtre ?

L'important c'est de pouvoir accueillir de nouveau du public, même avec des contraintes sanitaires de distanciation, même s'il y a des petites jauges. On a envie de vibrer avec un public, on dit spectacle "vivant", donc il ne peut pas être donné par l'intermédiaire de vidéos. On a besoin de contacts humains, même avec des masques.

Ce qui a été mis à mal pendant un an, c'est l'économie de la culture. Où en est l'état des finances de votre théâtre ? 

On peut garder la tête hors de l'eau grâce aux aides covid. Le plus difficile, c'est pour les compagnies de création, de danse, ou de théâtre qui n'ont pas de lieux. Il ne faut pas que ça perdure. Les compagnies de création sont dans un malaise financier terrible. Et pour les intermittents, c'est la grande inquiétude, autant pour les artistes que pour les techniciens. Vu qu'il n'y a pas de jeu, pas de rentrée d'argent, il y a eu l'année blanche, décidée jusqu'au mois d'août. Il faut qu'elle soit prolongée, sinon ça va être une catastrophe. Maints artistes et techniciens vont se retrouver sur la touche, pour ne pas dire dans le fossé sinon.

Si on veut se projeter sur la réouverture des lieux de culture, il va y a voir des concerts tests en mars, des annonces sur les festivals cet été avec des jauges à 5.000 spectateurs. Ce sont des signes encourageants pour le spectacle vivant ?

J'espère, mais si ça ne reste que des tests ... et ça ne concerne qu'une partie des gens qui composent notre métier. Nous, nous attendons avec impatience la réouverture, même avec des jauges limitées.

Le passeport vaccinal pour aller au théâtre, vous l'envisagez, vous ?

Je n'y ai pas encore beaucoup réfléchi mais ça m'interroge. Je trouve que c'est un peu discriminatoire et dangereux, a priori. Mais s'il y a ces contraintes-là en tant que citoyen, je m'y plierai. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess