Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

"Nous, les 100.000" : deux anciennes de l'usine textile de Châteauroux témoignent

jeudi 11 avril 2019 à 18:25 Par Elodie Rabelle, France Bleu Berry

"Nous, les 100.000 Chemises", C'est le titre d'un livre qui retrace la vie des personnes ayant connu les 100.000 Chemises, cette usine textile qui a fait vivre une partie de la population de Châteauroux. Le livre aux éditions La Bouinotte sort ce jeudi dans les librairies de l'Indre. .

Ginette Touchard et Josette Henrion devant les photos des "100.00 Chemises" à Châteauroux
Ginette Touchard et Josette Henrion devant les photos des "100.00 Chemises" à Châteauroux © Radio France - Elodie Rabelle

Châteauroux, France

Pendant plus d'un siècle, l'usine a fourni les plus grandes marques : Burberry, Les Galeries Layette, pour ne citer qu'elles. Le site est en cours de réhabilitation et deviendra bientôt un nouveau quartier, avec le bailleur social l'OPAC qui invite les anciennes chemisières à se souvenir. 

Ces chemisières sont le cœur de cet ouvrage qui compile des témoignages, des tranches de vie qui s'étalent des lendemains de la Seconde guerre mondiale à la fermeture en 2004. 

Ginette et Josette, collègues et amies de toujours

Ginette Touchard et Josette Henrion n'ont que 14 ans quand elles entrent aux "100.000 chemises". Elles débutent en tant que plieuses de chemise, un travail à la chaîne, répétitif et usant. De ces années, les deux amies se souviennent de la peur qu'elles avaient de leur patronne : "Quand on voyait Madame, on ne mouftait plus ! Si elle nous appelait, c'est qu'on allait passer un sale quart d'heure !" 

Leur parcours aux 100.000, c'est aussi l'histoire de l'évolution de la société. Les progrès sociaux déjà  : "Quand on a crée un syndicat, c'est pas qu'on n'avait plus peur du patron, mais on osait enfin dire les choses", explique Josette.

"Une fois, on a même enfermé le patron dans son bureau toute une journée parce-qu'il menaçait de ne pas nous payer alors qu'on faisait grève !" 

Aux 100.000, Ginette et Josette traversent aussi le XXe siècle par le prisme de la mode. Aux premières loges, elles étaient à la pointe des tendances,  "ce qui n'était pas inutile en matière de séduction", sourit encore Ginette. 

"Les 100.000", leur jeunesse 

Certes, l'usine, c'était le travail, souvent rude. Mais ce n'est pas ce que retiennent Ginette et Josette de leurs années là-bas. Ce sont surtout des rires, des moments de joie, et de belles histoires. Comme cette fête d'anniversaire, interrompue par la patronne. 

Josette Henrion raconte son anniversaire

Le livre, qui raconte leur histoire et celles de leurs collègues, du lieu, est désormais disponible dans les libraires de l'Indre, dans les grandes surfaces, l'Office de Tourisme de Châteauroux, le Musée de la chemiserie et de l’élégance masculine d'Argenton-sur-Creuse.  Son prix 25€.