Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Nouvelle-Aquitaine : les cinémas indépendants s'unissent et continuent leur lutte contre les multiplexes

vendredi 1 décembre 2017 à 18:26 Par Seina Baalouche, France Bleu Gironde

Ce vendredi, 123 établissements indépendants des anciennes région Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin se sont regroupés pour former une association unique. Des salles fédérées pour mieux défendre la diversité de la programmation face au développement des multiplexes.

Les cinémas classés "art et essai" représentent 72% de l'ensemble des salles de Nouvelle-Aquitaine
Les cinémas classés "art et essai" représentent 72% de l'ensemble des salles de Nouvelle-Aquitaine © Maxppp - Maxppp

Nouvelle-Aquitaine, France

Ce vendredi, après un an de concertation, plus de 120 établissements indépendants des anciennes région Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine se sont regroupés au sein de "l'association des Cinémas Indépendants de Nouvelle-Aquitaine." L'objectif affiché : s'allier pour défendre le cinéma art et essai et la diversité de la programmation. Une nécessité selon ces petites structures face à la multiplication des projets de multiplexes. En 2019, par exemple, la chaîne UGC possédera plus de la moitié des salles de l’agglomération bordelaise.

Des cinémas préservés grâce aux subventions des communes

En Gironde, une trentaine d'établissements font partie de l'association des cinémas de proximité de la Gironde. Parmi eux "Les colonnes" à Blanquefort. Le cinéma a perdu a perdu presque la moitié de ses entrées depuis 2012 avec l'arrivée du multiplexe Mégarama au Pian-Médoc. Cédric Favard, le gérant du cinéma tente de trouver des solutions :

On a choisi d'aller sur une ligne éditoriale plutôt qualitative. Du cinéma art et essai, beaucoup d'animations en direction du jeune public, comme les scolaires, avec de l'éducation à l'image. C'est un créneau que le Mégarama ne propose pas.

Le responsable du cinéma l'admet : " à l'heure actuelle ce serait difficile de s'en sortir sans subventions". Le cinéma touche 50.000 euros par an de la ville de Blanquefort ce qui permet à la structure d'avoir trois salariés à temps plein. "La mairie veut garder ce type d'établissement parce qu'il réunit tout de même 30.000 personnes et cela donne de la vie à la ville puisque les commerces qui sont autour en bénéficient aussi. Le cinéma est un lieu de convivialité où les gens se rencontrent et se parlent et je pense que cela est important pour la société."

Le cinéma indépendant : "une relation au spectateur et non pas au client"

L'Aquitaine est un territoire où le cinéma indépendant est historiquement bien implanté : "15 point au dessus de la moyenne nationale" selon le président de l'association des cinémas de proximité en Aquitaine ( ACPA ). Pour Rafael Maestro, cette place, il faut la préserver et ne pas laisser les multiplexes, "qui possèdent des puissances de frappes financières considérable" gagner du terrain. "Quand ces grands opérateurs installent un multiplexe, ils ne voient pas sur la cartographie, les salles de cinéma indépendantes qui existent déjà" poursuit-il "c'est une déflagration pour des territoires extrêmement grand. Les spectateurs vont se retrouver à faire des bornes et ne pas avoir forcément, une plus grande diversité de programmation que celle qu'ils peuvent connaitre dans un petit cinéma. Au delà de ça dans un cinéma indépendant il y a vraiment une relation au spectateur et non pas au client.