Infos

Novillada concours de St Perdon, le Plumaçon vote Pedraza

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne dimanche 28 août 2016 à 21:52

Les taureaux de Pedraza de Yeltes sont très attendus à Dax.
Les taureaux de Pedraza de Yeltes sont très attendus à Dax. © Radio France - Edmée Doudy

La 4è édition ce dimanche après-midi de la novillada concours de ganaderias dans les arènes de Mont-de-Marsan.

Rendez-vous précieux attendu des aficionados. "St Perdon au Plumaçon" offrait une nouvelle fois une opposition entre six toros provenant de six élevages et de six rames différents. Très belle entrée. Et trois gamins sérieux pour les mettre en valeur. Deux oreilles pour Diego Carretero et le prix au meilleur toro pour le spécimen de Pedraza de Yeltes supérieur en tout au reste de la course.

L’incontestable vérité de la tauromachie, ou quand un toro réunit tous les ingrédients qui font la globalité de ce que l’on attend et souvent désespère de ne pas trouver. "Alambrisco" Pedraza de Yeltes d’une robe de jolie couleur ambré d’automne a révélé l’ensemble des qualités que devraient toujours offrir un toro de combat : beau, musculeux, dans le morphotype de l’élevage, harmonieux, en cornes. Le Pedraza de Yeltes est allé trois fois au cheval en trottant depuis le le centre de la piste montoise, sans rechigner, avec un engagement volontaire dans la cavalerie. Le toro est très correctement piqué et se livre dans la rectitude des canons du genre.

"Alambrisco" ensuite va longuement charger, sans écart, sans travers, avec de la race constante et de la classe, la tête basse, humiliant dans le leurre, répétant sans cesses sur les deux cornes. Diego Carretero, qu’on a convié à la noce belle en remplacement de Carvallo initialement prévu mais toujours blessé, n’ a pas raté l’occasion forte. Le torero d’Albacete, doucement avec intelligence et volonté de ne pas se manquer, a fait ce que l’on attend précisément dans une corrida concours : mettre en valeur les qualités du toro. "Alambrisco" était pur joyau que Carretero a su sertir. Deux oreilles pour le torero, l’hommage du tour de piste post mortem sous l’ovation pour le Pedraza.

Mais une novillada concours en deux temps.

En raison de la diversité de présentation, c’est un euphémisme, et de comportement des toros…le premier temps fadasse par la faute de toros sans brio, le Pinto Barreiros et le Murteira Grave, ou mal torée, le Miguel Zaballos. Le deuxième temps bien plus enlevé, d’abord par la présentation des novillos. Au Zaballos bien trop juste pour une arène de cette catégorie, très typé vache de deuxième choix, ont succédé heureusement un Aurelio Hernando couleur savon sérieusement carrossé, un ultime Sanchez Arjona dans le type et surtout le remarquable Pedraza de Yeltes , triomphateur du concours. Devant cet assemblage hétéroclite on oubliera les grandes carences d’engagement du mexicain Adame, mou du jarret et sans volonté de faire briller les novillos. On retiendra par contre la belle envie du jeune portugais Juan Silva "Juanito" dans la carrière depuis seulement le mois de mars. Il a du fond le lusitanien formé à l’école taurine de Badajoz et de l’espérance de futur dans sa muleta. Diego Carretero, novillero d’Albacete, a su lui, trouver le chemin de la gloire et du succès avec l’exigent mais succulent Pedraza primé. Il sait mettre en évidence le toro, il sait tirer la substantifique essence du très noble Pedraza. Carretero torée bien et avec un supplément d’âme. Il tue correctement. Que demande le peuple ?… rien d’autre.

Partager sur :