Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Occupation du théâtre de Laval : "On comprend mais on ne cautionne pas" explique Bruno Fléchard son président

-
Par , France Bleu Mayenne

Comme dans une soixantaine de villes en France, le théâtre de Laval est occupé par des artistes depuis le mercredi 17 mars. Ils réclament la réouverture des lieux culturels. Bruno Fléchard, adjoint aux Cultures pour Tous et président du théâtre, comprend l'exaspération du monde de la culture.

Bruno Fléchard, adjoint aux Cultures pour Tous et président du théâtre de Laval
Bruno Fléchard, adjoint aux Cultures pour Tous et président du théâtre de Laval © Radio France - Martin Cotta

Le théâtre de Laval est occupé depuis le 17 mars dernier par des artistes, qui réclament la réouverture des lieux culturels. Bruno Fléchard, adjoint aux Cultures pour Tous et président du théâtre, dit comprendre la colère du monde de la culture mais ne cautionne pas pour autant cette action. Il répond ce jeudi aux questions de France Bleu Mayenne. 

France Bleu Mayenne : quelle est la position de la mairie de Laval au sujet de cette occupation du théâtre, qui aux yeux de la loi est illégale ? 

Bruno Fléchard : c'est une position délicate. On est partagé entre la solidarité totale aux enjeux majeurs de ce mouvement, que sont la réouverture des lieux culturels le plus vite possible. Le soutien aux plus fragiles, comme les intermittents ou les entreprises qui vivent du spectacle vivant. De ce côté-là, on est solidaire à 300%. En revanche, là où je suis plus mal à l'aise en tant que président du théâtre, c'est le fait d'accueillir "une occupation". C'est un mot fort. En général on occupe un lieu où sont pris les décisions contraires à ce que l'on défend, or ce n'est pas le cas ici. 

Ce mouvement est-il durable ? 

On souhaite que la tenue des spectacles au théâtre, qui fonctionnent bien d'ailleurs, et l'organisation du mouvement Occupation 53 se fasse dans le même état d'esprit de bienveillance et festif qu'actuellement. Nous sommes en confiance. 

C'est cette confiance qui vous permet de cautionner cette occupation ?

Je n'utiliserai pas le mot cautionner. Car l'occupation est une action choisie par le collectif et non pas par la mairie de Laval. En tant qu'élu je porte la loi, donc je ne peux pas cautionner le mouvement. Mais je vais le comprendre, je vais sans doute le faciliter, tant qu'on est dans cet esprit de confiance. 

Les choses se passent très bien aujourd'hui. C'est d'ailleurs un mouvement très organisé. 

Absolument. C'est ce qui nous encourage à le soutenir à notre façon avec les limites que je vous expliquais juste avant. On est dans le plaisir de retrouver une certaine activité artistique. Et ce plaisir il est réel pour les gens, les artistes et le public. 

Aucun calendrier de réouverture n'est annoncé par le gouvernement. C'est inquiétant ? 

Avant on avait des clauses de revoyure, et toutes les semaines les potentielles date de réouverture étaient repoussées. Mais aujourd'hui on a plus aucune visibilité. On est dans un tunnel où l'on ne voit pas un bout de lumière au fond. L'épidémie est là, les chiffres ne sont pas bons. Je ne demande pas la réouverture immédiate, mais au moins un calendrier et de la visibilité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess