Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Omaha Beach revit le 6 juin 1944 le temps d'un tournage sur le Débarquement

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

De jeunes passionnés réalisent un documentaire sur le débarquement d'une compagnie de soldats américains le 6 juin 1944 sur Omaha Beach. Ils ont investi la plage ce samedi 25 juillet avec plusieurs dizaines de figurants pour tourner des scènes très réalistes

Un contingent de soldats prêts à avancer sur Omaha
Un contingent de soldats prêts à avancer sur Omaha © Radio France - Esteban Pinel

Des soldats équipés courent sur Omaha Beach au son de détonations. Une scène digne des livres d'histoire et rejouée ce samedi 25 juillet sur la célèbre plage. Une jeune équipe de passionnés réalise un documentaire sur le débarquement de la compagnie A du 116e régiment d'infanterie américain le 6 juin 1944. 

Un matin d'été 2020, à Omaha
Un matin d'été 2020, à Omaha © Radio France - Esteban Pinel

"Ils faisaient partie de la première vague d'assaut. 90 % de la compagnie ont été décimés", pose Florent Plana, le réalisateur. Avec son équipe, il a épluché des documents et récolté des témoignages de vétérans et de leur famille. De quoi réécrire un scénario précis.

On essaie d'être le plus réaliste possible. Donc c'est assez glauque. Il y a beaucoup de sang et d'effets pyrotechniques."

Dès 6h30 du matin, l'heure de l'arrivé des premières barges sur Omaha, 40 figurants ont commencé à rejouer le DDay. Quelques prises plus tard, leur uniforme fidèlement reproduit était mouillé et plein de sable. "C'est lourd. Et encore, depuis notre descente dans l'eau, ça a un peu séché. On se rend compte de cela dans la reconstitution", confie un soldat, version 2020.

Des obstacles défensifs ont été montés sur la plage, à l'identique de ceux qui freinaient les combattants et faisaient chavirer les barges. Près d'un de ces ouvrages, Valentin est un soldat gravement blessé. Grâce à de savants effets spéciaux, sa jambe apparaît coupée. "Il n'y avait pas que des blessures par balle. Moi, ma jambe est éclatée. Le reste est à un mètre de moi."

L'équipe du film a osé les effets spéciaux. ici Valentin, un jeune figurant, garde le sourire malgré sa grave blessure de guerre.
L'équipe du film a osé les effets spéciaux. ici Valentin, un jeune figurant, garde le sourire malgré sa grave blessure de guerre. © Radio France - Esteban Pinel

Le faux sang se répand sur le sable. Les soldats tombent au sol, filmés par l'équipe, qui coordonne les impacts de balle et d'obus, pour recréer une scène d'assaut crédible. 

De nombreux figurants sont à terre, à l'image du carnage sur la plage du bessin, surnommée "Omaha la sanglante".
De nombreux figurants sont à terre, à l'image du carnage sur la plage du bessin, surnommée "Omaha la sanglante". © Radio France - Esteban Pinel

La reconstitution n'a pas vocation à distraire des amateurs. Emmanuel, vêtu de son uniforme, développe : 

Les vétérans vieillissent. Ils ne seront bientôt plus là. Nous devons perpétuer le devoir de mémoire. Nous reconstituons des scènes à l'identique. Cela permet de savoir ce qui s'est passé. C'est émouvant, et ça fait réfléchir."

Le film, d'une grosse vingtaine de minutes, sortira en juin 2021. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess