Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Onze ans après l'inscription au patrimoine mondial, le réseau Vauban se réunit à Camaret

jeudi 11 avril 2019 à 10:43 Par Aurélie Lagain, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique et France Bleu Besançon

Le tour de France du réseau Vauban s'arrête à Camaret, dans le Finistère, jeudi et vendredi, l'un des onze sites inscrits au patrimoine mondial.

Tour dorée à Camaret
Tour dorée à Camaret © Radio France - B. Le Grand

Camaret-sur-Mer, France

Le réseau Vauban termine son tour de France des sites Vauban classés au patrimoine mondial depuis onze ans.  Il passe deux jours à Camaret jeudi et vendredi à la Tour dorée. 

Ce réseau a été monté sur le principe que l'extraordinaire est en fait un tout, précise Julie Mottet, en charge de la médiation : "Ces douze sites sont répartis sur les frontières de la France. Chacun constitue un des éléments qui fait que _l'ensemble est classé_. La tour de Camaret est classée parce que c'est un prototype de tour à batterie basse, qui permet de combiner les tirs depuis le haut et les tirs depuis le bas. La tour, dans l'ensemble du dispositif du goulet de Brest, a permis de repousser les Anglais avec peu de pertes du côté français et beaucoup de pertes du côté anglais".

Onze ans d'inscription au patrimoine mondial

Onze ans après l'inscription, qu'est-ce qui a changé ? "Ça a changé le regard sur les fortifications de Vauban. Il y a une responsabilité devant la communauté internationale, elles doivent être _préservées pour les générations futures_. En local, il y a l'impact touristique, le patrimoine mondial attire plus de touristes. Il y a un travail fait autour du patrimoine, pour que les habitants se l'approprient."

Désormais, on ne visite plus comme il y a trente ans, c'est aussi l'un des points du cahier des charges qu'induit le classement : "Il y a un devoir de médiation, on doit le transmettre aux générations futures", précise Julie Mottet. "Les sites sont munis d'un dispositif d'interprétation. A Camaret, _les panneaux sont accompagnés de tablettes_. Les visiteurs peuvent se promener avec les tablettes et on a accès à des informations supplémentaires : des textes explicatifs, l'histoire de la tour, des soldats qui habitaient dedans, des vidéos, des images. Le but, c'est que ce soit très interactif et accessible au public".