Culture – Loisirs

Orléans : la ville accusée de censure au Festival de Loire par un accordéoniste

Par Eric Normand, France Bleu Orléans mardi 29 septembre 2015 à 11:51

Arnaud Méthivier crie à la censure
Arnaud Méthivier crie à la censure - Arnaud Méthivier

La ville d'Orléans est accusée d'avoir censuré un artiste. Cela s'est passé au Festival de Loire. Dimanche en fin d'après-midi, Nano, alias Arnaud Méthivier, devait jouer le concert de clôture après cinq jours de festivités. Au dernier moment, la mairie lui a interdit de monter sur scène.

Une heure avant d'entrer sur scène pour le concert de clôture du Festival de Loire, l'accordéoniste Arnaud Méthivier apprend qu'il est interdit de spectacle au motif des propos qu'il a tenus la veille :  "Je suis ici le programmateur de la partie artistique, mais surtout pas des mariniers. La mairie d'Orléans ferait mieux de mettre moins d'argent sur le feu d'artifice et d'en mettre plus sur la fête des Duits"... Il faut savoir que la fête des Duits est organisée par Arnaud Méthivier.

L'accordéoniste orléanais a été privé de spectacle. Reportage François Guéroult

La mairie justifie sa décision. Pour Martine Grivot, l'adjointe chargée du Festival de Loire, Arnaud Méthivier a franchi la ligne jaune. Arnaud Méthivier est co-organisateur de la programmation artistique, il est rémunéré pour son travail. De critiquer l'organisation du Festival de Loire, le style des mariniers, c'était trop! Il s'est servi d'une scène comme tribune ce qui n'est pas concevable, ni même convenable. Des spectateurs et des mariniers se sont indignés. Il était important pour nous de prendre une décision. Il fallait qu'il comprenne que lorsqu'on travaille pour la mairie d'Orléans, on ne peut pas critiquer la mairie d'Orléans."

L'artiste n'en revient pas. Arnaud Méthivier se dit très touché : "C'est très étrange d'être artiste associé, d'être programmateur et déprogrammé. Cela créé de l'émotion, je suis un libre penseur. On n'interdit pas à un artiste de monter sur scène sauf s'il tenait des propos racistes ou d'appel à la haine. Et ce n'est pas mon cas. J'ai regardé la définition du mot censure dans le dictionnaire, j'ai l'impression qu'on s'approche de cette définition."

Cette affaire rappelle étrangement celle du Festival hip-hop, où les rappeurs Alonzo et Lino avaient eux aussi été déprogrammés, mais c'était deux mois avant l'événement.