Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Paris : à la piscine Joséphine Baker, le retour dans les bassins désormais possible, à condition de réserver

-
Par , France Bleu Paris

Il faut réserver pour nager ! La piscine Joséphine Baker, à Paris, a rouvert ce lundi 22 juin, avec un protocole sanitaire strict et une jauge limitée. Mais surtout, l'accès au site n'est désormais possible que sur réservation, et sur des créneaux horaires bien définis.

La piscine Joséphine Baker a rouvert ce lundi 22 juin, sous strictes consignes sanitaires.
La piscine Joséphine Baker a rouvert ce lundi 22 juin, sous strictes consignes sanitaires. © Radio France - Sarah Mansoura

Pour la première fois depuis leur fermeture le 15 mars, les piscines parisiennes rouvrent au compte-gouttes. Une réouverture avec quelques ajustements nécessaires, pour garantir autant la sécurité des usagers que des visiteurs. A la piscine Joséphine Baker, dans le 13e arrondissement de Paris, plusieurs mesures vont rythmer la visite des baigneurs, pendant au moins quelques semaines. Et surtout, les visiteurs devront réserver pour accéder au site. 

Quelques habitudes modifiées

Finis, les aller-retours entre le casier et la douche ! Tout est pensé pour garantir le moins de contacts possibles entre les usagers. Ils doivent désormais entrer par salves, masque sur le visage, jusqu'aux casiers, respecter le numéro de cabine et de casier attribué, avant de passer, via les pédiluves, vers les douches, où une sur deux est condamnée. 

Une douche sur deux est condamnée, pour garantir la distanciation physique.
Une douche sur deux est condamnée, pour garantir la distanciation physique. © Radio France - Sarah Mansoura

"L'idée principale, c'est d'arriver à faire se croiser le moins possible les usagers. Donc, il y a une entrée avec un flux de personnes qui vont se diriger vers les cabines et vers les casiers. Ils vont à la douche, ils vont aux bassins et une fois qu'ils ont fini leur baignade, ils retournent à leur casier, au vestiaire, et ressortent par un autre chemin" explique Vincent Giraud, coordinateur régional de Récréa, le gestionnaire de la piscine. 

Un marquage au sol oriente les usagers de la piscine Joséphine Baker.
Un marquage au sol oriente les usagers de la piscine Joséphine Baker. © Radio France - Sarah Mansoura

Le marquage au sol, à l'aide de grosses flèches rouges, empêche les visiteurs d'être perturbés sur le chemin. Mais plus important, encore, c'est la désinfection, assurée par toute l'équipe sur place. "Il y a aussi tout au long de la journée, ce nettoyage", poursuit le gestionnaire. "À chaque fois qu'un créneau se termine, le personnel est là pour désinfecter les casiers, les cabines et les transats sur la terrasse. Systématiquement. Les membres du personnel ont pour consigne de vérifier que les usagers prennent bien leur douche avant d'accéder bassin ou au solarium", précise Vincent Giraud.  

Moins d'usagers, sur des créneaux bien définis

L'autre nouveauté, c'est la réservation obligatoire. Trois types de créneaux sont réservables ; pour les sportifs, pour la baignade, et pour les activités. La jauge maximale est estimée à 70 personnes sur tout le site, bassin et solarium compris. C'est environ 4 fois moins qu'une affluence ordinaire, à la piscine Joséphine Baker. 

"C'est nécessaire parce les espaces sanitaires ne sont pas non plus extensibles. On a un nombre de douches limité, donc c'est vraiment sur cet aspect là que la vigilance est de mise. Si on veut absolument pouvoir ne pas faire se croiser des gens qui rentrent et des gens qui ressortent, cette jauge là est obligatoire en espérant qu'il y aura très rapidement des relâchements", détaille Vincent Giraud. 

La piscine de plein air Joséphine Baker, dans le 13e arrondissement de Paris.
La piscine de plein air Joséphine Baker, dans le 13e arrondissement de Paris. © Radio France - Sarah Mansoura

Déjà, une bonne partie des activités vont reprendre. "On va reprendre dès cette semaine les activités avec les enfants. Les enfants vont revenir faire les cours et on va quasiment d'ici mi juillet récupérer les séances qui n'auront pas été faites. Ce qui nous permet malgré tout de pouvoir répondre aux attentes sur l'apprentissage de la natation et de tout ce qui peut être fait pour les enfants dans le cadre des piscines parisiennes."

"L'objectif est de pouvoir recalibrer la jauge" dès que possible (Vincent Girod).

"Malgré tout, on essaye de, on essaye de mesurer nos impatiences. Mais on maintiendra ces mesures là tant qu'elles seront nécessaires, tant qu'elles seront nécessaires au maintien de la santé des usagers, puisque c'est ça l'essentiel", avance Vincent Giraud. 

Pour l'heure, cela ne semble pas contrarier les baigneurs et les baigneuses. Fabienne, la première dans la file, confie : "La natation, c'est mon truc ! Dès que j'ai appris que la piscine rouvrait, je me suis inscrite tout de suite. Ce n'est pas du tout contraignant." Idem pour Monique, heureuse de pouvoir nager et contempler la Seine depuis son transat : "Un vrai bonheur ! Surtout depuis le confinement, la sensation d'être bloquée... Là, je me sens libre !"

Reportage à la piscine Joséphine Baker, France Bleu Paris.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu