Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Paris : les vacances "arc-en-ciel" toujours dans le brouillard

dimanche 4 mars 2018 à 17:51 - Mis à jour le dimanche 4 mars 2018 à 17:53 Par Léo Tescher, France Bleu Paris

Les inscriptions pour les vacances arc-en-ciel de la ville de Paris commencent ce lundi mais il y aura beaucoup moins de place pour les enfants. Des organisateurs ont, eux, décidé de claquer la porte.

Le dispositif est finalement renouvelé par la mairie de Paris mais avec 1 800 places de moins selon l'opposition (photo d'illustration).
Le dispositif est finalement renouvelé par la mairie de Paris mais avec 1 800 places de moins selon l'opposition (photo d'illustration). © Maxppp - LP/ Matthieu de Martignac

Paris, France

Après des semaines de mobilisation des parents et d'élus de l'opposition, la ville de Paris a donc fait marche arrière et renouvelé ses vacances arc-en-ciel pour l'été 2018. Une bonne nouvelle pour les familles parisiennes et les milliers d'enfants qui vont à nouveau pouvoir partir en colonie. 

Il n'y aurait que 3 200 places disponibles cette année contre 5 000 l'été dernier... et surtout 12 000 à la fin des années 90".

La conseillère de Paris, élue France Insoumise, Danielle Simonnet, félicite d'ailleurs les parents pour leur mobilisation et la pétition qui a "payé". L'élue de l'opposition constate en revanche une baisse du nombre de places disponibles et déplore "une régression d'année en année à cause d'un budget réduit à chaque fois". 

Les organisateurs sont partis

Autre motif d'inquiétude pour Danielle Simonnet, le départ de cinq organisateurs des dernières années. L'insoumise rappelle qu'ils étaient vacataires et que c'est parce qu'ils réclamaient leur titularisation depuis 2015 que la mairie avait dans un premier temps abandonné son dispositif de vacances arc-en-ciel. "Ils avaient refusé de renouveler leur contrat l'été dernier parce qu'ils en avaient marre de leurs conditions précaires" précise-t-elle avant de s'étonner, "et on apprend maintenant que la mairie leur a proposé un nouveau CDD d'un an !". Les vacataires ont refusé et sont partis, ce qui inquiète la conseillère de Paris.

La ville va-t-elle réussir à mettre en place son dispositif sans l'expérience de ceux qui l'ont organisé ces dix dernières années ?"

Toujours est-il que les inscriptions* sont lancées ce lundi 5 mars. Les familles ont trois semaines, jusqu'au 23 mars, pour demander un rendez-vous. 

*Inscription par tirage au sort en fonction des places disponibles. 160 séjours au choix : des mini-camps de 5 jours pour les 4-6 ans ou des colonies de 12 jours pour les 7-17 ans divisés en trois catégories d'âge. Tarifs : de 2 à 57€/jour selon votre quotient familial.