Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pas d'artiste isérois au festival "Les Belles Journées" : le coup de gueule du DJ berjallien Ben

-
Par , France Bleu Isère

Dans un post publié ce week-end sur Facebook, Ben, qui est DJ et membre du groupe "Apple Jelly" regrette l'absence d'artiste du secteur lors de la prochaine édition du festival "Les Belles Journées". La mairie de Bourgoin-Jallieu (Isère) avance des raisons techniques.

Ben, l'artiste berjallien, auteur comme il le dit d'un "coup de gueule" en raison de l'absence d'artiste du département ou de la région au festival "Les Belles journées"
Ben, l'artiste berjallien, auteur comme il le dit d'un "coup de gueule" en raison de l'absence d'artiste du département ou de la région au festival "Les Belles journées" - (photo fournie par Ben)

A Bourgoin-Jallieu (Isère), Ben, DJ de 48 ans, auteur-compositeur et interprète du groupe "Apple Jelly", déplore qu'en cette année si particulière pour les artistes, le festival de la ville ne programme aucun artiste local ou régional pour la prochaine édition. Vendredi, la mairie a dévoilé le plateau de la 7e édition des Belles journées, prévues les 10 et 11 septembre au parc des Lilattes. 

Il fallait envoyer un signal fort à la scène locale pour Ben

Sont annoncés Boulevard des Airs, Catherine Ringer, L.E.J ou encore Lilly Wood and the prick... mais pas d'artiste du secteur. D'où comme Ben le confie "un coup de sang", "un coup de gueule" sur sa page Facebook. "Cela ne me semblait pas normal en cette période de pandémie où on essaie justement de se serrer les coudes qu'une commune ne donne pas un signe dans ce sens-là", explique-t-il.

Il cite les exemples de grands festivals qui ouvrent avec la scène locale : Musilac, les Eurockéennes de Belfort ou encore les Nuits de Fourvière, à Lyon. Et il avance que c'est un signal fort qui aurait pu être envoyé à quelques artistes locaux sans perspective aujourd'hui de concert. "Pour moi, c'est un rendez-vous manqué (...) On a des possibilités de le faire et là, on ne nous tend pas la main." 

Faute de concerts, lui fait des apéros-mix sur les réseaux sociaux ou encore des interventions dans les écoles. Et le fait que des artistes locaux ne sont pas conviés l'interroge, non sans amertume : "on n'est pas assez bons ?"

Et d'ajouter : "les gens se sont beaucoup plaints au début que ce festival était fait un peu "hors-sol", qu'il était posé là. (...) Je trouve ça vraiment dommage. C'est un moyen de raccrocher ce festival à son territoire. Faire venir des artistes locaux, c'est ouvrir le festival plus tôt, c'est permettre aux gens de venir consommer à Bourgoin-Jallieu, de connaître Bourgoin car ils viennent beaucoup de Lyon, de Grenoble. Cela met le focus sur la ville. On a tout à y gagner et budgétairement ce n'est pas ce qui va coûter cher par rapport aux têtes d'affiche programmées. La scène est montée, la technique est là."

La mairie dit soutenir les artistes locaux

Sollicitée par France Bleu Isère, Marie-Laure Desforges, adjointe à la culture, fait savoir que c'est pour des raisons techniques que le festival n'ouvre pas sa scène à plus d'artistes. Trois sont programmées le vendredi. Idem le samedi. Des artistes pour la plupart qui auraient du se produire l'an passé, l'édition 2020 ayant été annulée en raison de la situation sanitaire. "Les artistes ont besoin de faire des balances. Les balances commencent souvent à partir de midi (...) Il n'y a pas de place sur cette scène-là. Il faudrait une deuxième scène", indique-t-elle.

Elle avance les nombreuses incertitudes liées au contexte sanitaire qui appellent à la prudence. Marie-Laure Desforges explique que cette deuxième scène comme la création d'une troisième journée font partie des souhaits de la mairie, mais que tout est mis entre parenthèses.

Elle réfute l'accusation d'absence de soutien de la ville à ses artistes : " les équipements culturels de Bourgoin-Jallieu ou un peu plus large sur la Capi travaillent auprès de ces jeunes artistes, ces jeunes groupes en les accueillant en résidence. C'est le cas aux Abattoirs, scène de musiques actuelles. Et là, nous sommes en train de travailler avec les Abattoirs pour que peut-être lors des Belles journées ils puissent accueillir quelque chose dans leurs locaux", tout en indiquant que c'est "en suspens" en raison du contexte sanitaire. Si elle a lieu, il y aura aussi, selon elle, des scènes pour les artistes locaux lors de la Fête de la musique, le 21 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess