Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pas d'ouverture des pistes pour Noël dans la Loire et la Haute-Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les stations de ski ligériennes et altiligériennes déçues par la décision du conseil d'état de ne pas autoriser leur ouverture pour les fêtes de fin d'année

Il faudra attendre le 7 janvier pour retrouver les pistes des Estables
Il faudra attendre le 7 janvier pour retrouver les pistes des Estables © Radio France - Yves Renaud

Les stations de ski entre entre espoir et désespoir ce vendredi. Désespoir de ne pas  avoir  été entendues par le conseil d'état qui a rejeté leur demande d'ouverture pour les vacances de fin d'année, mais en même temps espoir puisque le Premier ministre après une dernière concertation avec les professionnels de la montagne a finalement fixé au 7 janvier prochain la date de réouverture des pistes et des remontées mécaniques dans tous les massifs, petits ou grands. 

Entre déception et contentement, le président de l'association nationale des maires de montagne, Jean-Luc Boch, par ailleurs maire de La Plagne (Savoie), se fait donc une raison. "On ne parle pas de petites, de moyennes ou deux grandes stations, on parle là d’un problème national récurrent et cette pandémie a touché tous les secteurs, tous les massifs, toutes les montagnes, toutes les altitudes. Une saison de ski c'est souvent quatre mois maximum et quand vous perdez un mois, vous avez perdu un quart de votre chiffre d’affaires et ça peut  être très compliqué. La bonne nouvelle de la journée c'est qu'on a maintenant une visibilité. Le premier ministre nous a annoncé et confirmé que la date du 7 janvier sauf bien sur retour du virus, sera bien la date d’ouverture de nos stations. C’est pour cela que le protocole qui va être mise  en place à partir du 7 janvier et ça ça fait chaud au cœur parce que l’on a enfin une lumière au bout du tunnel on a un espoir  et c’est comme cela que l’on s’en sortir."

Les pistes resteront vides pour Noël et le jour de l'an à Chalmazel
Les pistes resteront vides pour Noël et le jour de l'an à Chalmazel © Radio France - Yves Renaud

A Chalmazel sur les pentes des Monts du Forez pas vraiment de surprise on s'attendait a cette décision  de  Non ouverture de la part du gouvernement. Mais elle aura une conséquence financière pour la station de ski, un manque à gagner de pas loin de 200 000 euros pour cette période.

Alors Fred Gravier le directeur  de Chalmazel espère que la réouverture a partir du 7 janvier pourra en  partie compenser les choses. "C’est pas une surprise il y a longtemps qu’on s’y attendait, il n’y aura rien de possible, si ce n’est l’application du dernier décret qui autorise l’école de ski français à donner quelques cours et aux licenciés mineurs de pouvoir faire du ski.  Il n’y aurait rien eu de pire que d’ouvrir à Noël et de refermer aussitôt. Si on a de la neige en janvier et en février ce sera super. A choisir entre Noël et février, je préfère ouvrir en février .Si on nous lâche la  bride le 7 janvier, si on fait de bonnes vacances derrière ça manquera toujours mais on sauvera les meubles."

Philippe Brun, le maire des Estables, dans le Mézenc, était très déçu vendredi de la décision du conseil d'état qui a rejeté le recours qui avait été déposé notamment par la région Auvergne-Rhône-Alpes et les deux départements de Loire et de Haute Loire contre le décision du gouvernement de ne pas autoriser l'ouverture des stations de ski. "C’est sûr qu’on est déçu de pas pouvoir ouvrir. C’est mal venu, mais la crise sanitaire est tout de même assez grave. Mais il aurait fallu différencier les choses, je comprends qu’on ne puisse  pas monter à 10 ou 20 dans une télécabine, mais sur un téléski ou on est à 30 m les uns des  autres, il n’y aurait eu que la régulation des files d’attente. Bon la décision est comme ça, c’est assez catastrophique pour toute l’économie de la neige, surtout qu’on sort d’une année noire."

A Chalmazel et aux Estables, nos deux station de ski alpin, on se fait donc une raison et on prépare activement des activités alternatives au ski de piste, raquettes, ski de fond, randonnée pédestre voire VTT pour les prochaines semaines.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess