Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Patrimoine : l'État achète aux enchères un des premiers chalets construits à Courchevel

jeudi 29 mars 2018 à 20:41 Par Nathalie Grynszpan, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Il gît en pièces détachées dans un hangar près d'Albertville. Depuis sa vente à un promoteur immobilier en 2011, l'avenir du chalet Lang est plus qu'incertain. Bien que inscrit au titre des monuments historiques, ce chalet, témoin de l'architecture des années 50, a été démonté.

le chalet Lang a été construit en 1951 par l'architecte savoyard Denys Pradelle
le chalet Lang a été construit en 1951 par l'architecte savoyard Denys Pradelle - DRAC Auvergne-Rhône-Alpes

Courchevel, Saint-Bon-Tarentaise, France

Une vente aux enchères inédite pour Jean-Louis Spinelli, huissier de justice à Moûtiers

Adjugé ! vendu ! Le chalet Lang, emblématique des premières constructions de Courchevel dans les années 50, était mis aux enchères ce jeudi. Un chalet de 125 m2 ,en pièces détachées, stockées depuis juin 2015 dans un hangar sur une zone industrielle de Tournon près d'Albertville.  Cette vente résultait d'une décision de justice car le propriétaire du chalet ne payait plus les loyers dûs pour le stockage, une créance de 50 000 euros à raison de 2 700 euros de loyer mensuel. 

Un chalet qui a failli finir à la déchetterie 

Construit en 1951 par l'architecte Denys Pradelle, cet habitat consiste en une structure préfabriquée de bois et de métal qui repose sur un socle de béton soutenu par deux colonnes obliques. Celles-ci lui permettent de surplomber la pente et lui valent le surnom de "chalet à pattes". Une conception très innovante à l'image de cette génération d'architectes qui a créé des chalets et des immeubles dans les stations, aujourd'hui considérés comme un patrimoine et font l'objet de visites touristiques à Courchevel ou aux Arcs. 

"C'est une architecture qui a fait école" — Julie Bourdin, architecte, petite-fille de Denys Pradelle 

"Le chalet Lang, c'est un des derniers, c'est notre histoire" Julie Bourdin, architecte, petite-fille de Denys Pradelle

En 2011, le propriétaire, un industriel des Vosges, décide de vendre ce chalet de vacances. Pour onze millions d'euros, c'est un promoteur immobilier, la SCI Apopka, qui récupère le bien et s'empresse de demander un permis de démolition pour construire un de ces luxueux chalets qui poussent comme des champignons à Courchevel 1850. Mais les amoureux du patrimoine veillent et alertent la Direction régionale des Affaires culturelles qui inscrit le chalet au titre des monuments historiques, gelant du même coup le terrain et les projets immobiliers.

En 2013, la mairie de Courchevel, la SCI Apopka et la DRAC parviennent à un accord : le chalet sera démonté. Il restera inscrit au titre des monuments historiques et la mesure de classement deviendra effective dès lors qu'il sera remonté sur le territoire de Courchevel. La commune s'engage à lui trouver un terrain. La SCI Apopka promet de payer le démontage, le stockage et le remontage sur le terrain communal. 

Rien ne se passe comme promis car dès le chalet démonté et stocké dans un hangar, la SCI Apopka l'abandonne à son sort et aux bons soins du propriétaire du hangar.

Le hangar où est stocké le chalet Lang, inscrit au titre des monuments historiques - Radio France
Le hangar où est stocké le chalet Lang, inscrit au titre des monuments historiques © Radio France - Nathalie Grynszpan

L'acquisition par l'État du "chalet à pattes" suscite beaucoup d'espoirs

La vente aux enchères a permis de rendre un propriétaire à ce chalet abandonné. La Direction régionale des Affaires culturelles s'est portée acquéreur du bien pour dix mille euros et s'engage à lui construire un avenir.

"On va faire un projet, on va associer tous les partenaires. Tout le monde sera le bienvenu !" Philippe Ganion, architecte des Bâtiments de France

"Il y a un projet culturel à monter pour aussi illustrer le fait que le patrimoine du XXe siècle, même s'il est proche, il a du sens" — Philippe Ganion, architecte des Bâtiments de France en Savoie