Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Patrimoine mondial de l'Unesco : Nîmes veut encore y croire

lundi 25 juin 2018 à 17:22 Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère

Malgré un rapport peu favorable des experts de l'Icomos, le conseil international des monuments et sites, Nîmes continue à espérer décrocher son inscription au Patrimoine mondial de l'Unesco le week-end prochain à Bahreïn.

L'union sacrée autour du dossier de candidature de Nîmes
L'union sacrée autour du dossier de candidature de Nîmes © Radio France - Hervé Sallafranque

Nîmes, France

Bientôt la fin du suspense pour Nîmes. C'est le week-end prochain que la ville saura si sa demande d'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco est validée. Un comité composé de 21 ambassadeurs se réunit à Manama, la capitale du Bahreïn, pour désigner les dossiers qui seront retenus. Une délégation nîmoise, conduite par le maire Jean-Paul Fournier, s'envolera pour le Moyen-Orient ce jeudi pour assister à la proclamation officielle des résultats.

Mais rien n'est gagné : la candidature nîmoise a subi un coup dur il y a un mois et demi. Un rapport de l'Icomos, un collège d'experts indépendants, a préconisé que le dossier nîmois soit différé parce qu'il n'était pas suffisamment complet. Mais cet avis n'est que consultatif et ce sont les ambassadeurs qui prendront la décision finale.

Verdict le week-end prochain

Mary Bourgade, adjointe au maire chargée du dossier de candidature, veut rester optimiste malgré les conclusions peu favorables de l'Icomos : "Ça a été un peu sévère et c'est vrai que c'est un peu décevant. On a tellement travaillé et on nous dit tellement qu'on a un très bon dossier, mais bon on repart et surtout on répond aux interrogations et aux recommandations de l'Icomos. À partir du moment où l'État a souhaité poursuivre la candidature, c'est un signe fort.

Des propos repris en écho justement par le représentant de l'État dans le Gard, Didier Lauga, même si le préfet ne peut pas écarter un mauvais scénario : "Bien sûr qu'il peut y avoir un échec, mais, au pire, ce serait un report. Dans ce cas là, la France représenterait la candidature de Nîmes. Il n'est pas pensable durablement que ce dossier puisse être rejeté. Cela paraîtrait un déni total."   

Verdict en principe dans la nuit de samedi à dimanche ou dans la journée de dimanche prochain.