Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

[VIDEO] Pays Basque : un trois mats bientôt construit à Ciboure !

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays Basque

Un trois mats construit à Ciboure d'ici deux ans. Tel est le projet porté par "trois-mâts basque". Avant de se lancer dans cette construction, l’association vient de débuter fabrication d'un petit sardinier à vapeur datant de 1907.

Le projet Biscaye
Le projet Biscaye - Guy L'Hostis, peintre de la marine

Ciboure, France

Non, ce n'est pas une galéjade ! La construction d'un trois mats débutera d'ici deux ans à Ciboure.  Il s'agit d'une d'une partie de l'énorme projet porté par l'association "trois-mâts basque" crée en mars 2018.

Après le chantier de l'Hermionne à Rochefort, celui du San Juan toujours en cour à Pasajès, non loin de Ciboure, l’association se lance dans la (re)naissance du "Biscaye". Ce trois mats de 200 tonneaux fut construit en 1878 à Bilbao (province de Biscaye). Il servira de navire de fret sous l'appellation "JAO" avant d'être exploité à Zumaia (province du Guipuzkoa) sous le nom Eguiguren Hijos puis à Bayonne sous le nom de Biscaye pour l'armement Willard et Legas.

Le Biscaye a effectué plusieurs traversées de l'Atlantique

Le navire disparaît en 1902 en Martinique victime de l'explosion de la Montagne pelée (son épave bien conservée se trouve toujours sur place). Mais avant cette (re)construction, l'association "trois mats basque" se lance d'abord dans la (re)naissance de Alba, un petit sardinier à vapeur de 14 mètres datant de 1907. Il s'agit d'une pièce importante du projet puisque ce sardinier transportera les voyageurs depuis le port de Saint Jean de Luz jusqu'au chantier maritime de Ciboure (où sera construit le Biscaye). 

Le directeur du projet, Bruno Hervouet

L'Alba en construction au chantier naval marin de Sokoa - Aucun(e)
L'Alba en construction au chantier naval marin de Sokoa -
La partie arrière de l'Alba - Aucun(e)
La partie arrière de l'Alba

Pendant la construction de Alba (baptême dans deux ans), puis celle du Biscaye (baptême dans dix ans), un centre "Biscaye etxea" (la maison du Biscaye) sera édifié près du chantier de Ciboure. Les porteurs du projet sont favorables à l'idée d'un chantier-spectacle sur le même modèle que l'Hermionne à Rochefort ou le San Juan à Pasajès. 

Un chantier-spectacle autour du Biscaye 

Le trois-mats goélette Biscaye pourra accueillir 10 membres d'équipage et 40 passagers. Il pourra organiser des sorties à la journée mais aussi des stages d'apprentissage aux techniques de navigation sur un grand voilier (40 mètres de long).

Au sein de Biscaye etxea, des expositions porteront sur les aspects de l'activité maritime sur la vie des habitants de Saint Jean de Luz et Ciboure. Des expositions ponctuelles pourraient mettre en avant le patrimoine maritime locale avec, par exemple, l'association Itsas Begia.

Un projet soutenu par toutes les collectivités 

Pour le moment, à part la construction de l'Alba, on n'en est qu'au stade de projet. Mais ce projet est aujourd'hui soutenu officiellement par la Région, le Département, l’Agglomération Pays Basque, le syndicat portuaire et la mairie de Ciboure. Les parrains de l’opération ont déjà rassemblé un tiers du financement global de l’opération estimée à 21 millions d'euros. Désormais, l'association lance une campagne d’adhésion auprès des habitants du pays basque.