Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Pendant les festivals d'été du Gers, on se loge aussi chez l'habitant

samedi 28 juillet 2018 à 8:28 Par Adèle Bossard, France Bleu Occitanie

Le Gers est une terre de festival, avec Jazz in Marciac et Tempo Latino qui débutent ce week-end. Des dizaines de milliers de festivaliers sont attendus, mais les propositions d'hébergement ne sont pas forcément proportionnées. Alors certains festivaliers préfèrent aller chez l'habitant.

Les hébergements chez l'habitant sont nombreux pour le festival gersois Tempo Latino.
Les hébergements chez l'habitant sont nombreux pour le festival gersois Tempo Latino. © Radio France - Adèle Bossard

Vic-Fezensac, France

De nombreux festivaliers sont attendus ce week-end dans le Gers : Jazz in Marciac a lancé ce vendredi sa 41ème édition, qui va durer jusqu'au 15 août. Et Vic-Fezensac accueille la 25ème édition de Tempo Latino, le plus grand festival européen de musiques latines et afro-cubaines. Dans cette seule commune, 55 000 festivaliers sont attendus sur les quatre jours, soit 15 fois la population habituelle !

Difficile, donc, de loger tout le monde : les gîtes, hôtels ou chambres d'hôtes sont complets depuis des mois. Mais quelques connaisseurs parviennent à se loger chez l'habitant. C'est le cas par exemple chez Geneviève et Jacques, qui proposent un appartement dans leur maison à une bande de festivaliers marseillais, chaque année depuis dix ans.  Pas d'annonce, tout se fait par bouche-à-oreille.

Les hôtes du week-end et leurs convives dans le Gers. - Radio France
Les hôtes du week-end et leurs convives dans le Gers. © Radio France - Adèle Bossard

La dizaine de convive est attablée autour de toasts de foie gras et de verres de pousse-rapière, un apéritif gersois fait d'armagnac et de vin sauvage. "Je leur propose ça et des choses comme du magret de canard, précise Jacques. Quelque chose de régional !".

Du camping sur le terrain de rugby

De quoi ravir les hôtes du jour, devenus des habitués. Mais cet hébergement reste éphémère : "Beaucoup de personnes proposent des hébergements à la campagne, avec des tentes ou des chambres, détaille Jacques. Nous on a un appartement qui n'est occupé qu'une fois par an !". Et il est introuvable sans les bonnes connaissances. La première fois que Lionel en a entendu parlé, c'est grâce à l'une de ses élèves de danse. "On ne change plus de destination. On est très bien reçus : il y a _la musique, la danse, mais aussi les amis_. C'est convivial".

Le tout moyennant une petite compensation financière. "Ça fait vivre les alentours, le commerce et les gens qui se font un petit complément puisqu'on est dans une région agricole et les retraites des personnes ne sont pas très élevées, analyse Geneviève. Voilà pourquoi vous pouvez voir des petits campings dans le jardin des gens. En réalité ce n'est là que ce jour-là et après ça disparaît !"

Autre hébergement possible, plus rustique : les terrains de foot et de rugby, transformés en aires de campement. - Radio France
Autre hébergement possible, plus rustique : les terrains de foot et de rugby, transformés en aires de campement. © Radio France - Adèle Bossard

Mais malgré ces bonnes adresses, et malgré la transformation des terrains de foot et de rugby du village en aires pour camper, l'hébergement reste saturé. Cathy Porteau est responsable de l'office de tourisme : "Ça fait 25 ans que les gens ont pris leurs habitudes, ils réservent une année sur l'autre. Donc les nouveaux festivaliers n'ont pas de possibilités d'hébergements. Ils doivent souvent aller jusqu'à 30 kilomètres à la ronde, mais ils le font !". Et ce n'est pas forcément plus évident puisqu'à 35 kilomètres de là, c'est Jazz in Marciac qui vient de débuter, et qui accueille chaque été jusqu'à 200 000 festivaliers !