Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

"Petits arrangements avec la vie", tourné à Roscoff, questionne la maladie et la fin de vie

lundi 10 septembre 2018 à 6:15 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel

Il se savait condamné. Il a voulu en faire son ultime documentaire. Christophe Otzenberger était soigné à Roscoff, au centre de Perharidy. Dans ce film, il questionne les malades, la maladie, et cette terrible question : comment arriver à vivre tant qu'on n'est pas mort ?

Christophe Otzenberger, auteur de documentaires, lors de son dernier tournage
Christophe Otzenberger, auteur de documentaires, lors de son dernier tournage - Capture d'écran / Arte France & La Générale de Production

Roscoff, France

ARTE diffusera ce mardi soir un film très spécial. "Petits arrangements avec la vie" est un documentaire tourné au centre de Perharidy, à Roscoff. L'auteur du film est Christophe Otzenberger. Il est décédé en juin 2017, quelques mois après ce tournage. Il avait un cancer du poumon, que les médecins lui ont diagnostiqué comme incurable. 

Face à face avec des patients

Dans ce film, il ne cesse de faire des allers-retours entre la maladie, les malades, la pratique du documentaire, et la sincérité qu'il y a dans tout ça. Peu de médecins, plutôt des face-à-face avec des patients. Même si au début du film, on le voit se poser la question "ah, _je ne peux pas encore entrer dans les chambres_... ". Dur, sûrement, mais c'est là qu'il trouve les plus forts moments de vérité.

Christophe Otzenberger à Roscoff - Aucun(e)
Christophe Otzenberger à Roscoff - Capture d'écran / Arte France & La Générale de Production

La mort ? J'y ai jamais pensé

Dans un dialogue avec un patient, l'auteur lui expose son angoisse de la mort, au moment où il a appris qu'il avait un cancer. Réponse aussi directe qu'étonnée du patient en face de lui : "Ah bon ? Moi je n'y ai jamais pensé. Ben non, pas encore". Soupirs, éclats de rire._"Merci pour votre dignité"glisse-t-il à un vieux monsieur qui lui dit"c'est fini pour moi, l'interview... et tout ça"_.

Quand il a su qu'il était malade, Christophe Otzenberger a fait ce qu'il a toujours fait dans la vie, il est allé vers les autres - François Ekchajzer

Reportage sur le film "Petits arrangements avec la vie"

Pourtant, le film n'est pas que triste. "C'est un film sur la vie" insiste François Ekchajzer, journaliste à Télérama. "Quand il a su qu'il était malade, Christophe Otzenberger a fait ce qu'il a toujours fait dans la vie, il est allé vers les autres. C'est un film très fédérateur parce que tous nous allons mourir, mais en attendant de mourir, eh bien on vit".

L'humour pour survivre

Pas que triste, non. Au contraire, le film est parsemé de pointes d'humour, souvent noir. Le moment le plus délicat sans doute, c'est la scène d'introduction, qui pourrait en désarçonner plus d'un : un plan fixe sur les obsèques de l'auteur du film qui, en même temps parle en voix off : 

"Tu te rends compte, un mec qui a peur du noir, moi ! _Je vais être dans une boîte_, sur le dos, alors que j'aime pas dormir sur le dos, et je vais aller au feu. Hallucinant !" Le pied de nez est magistral : la magie du cinéma fait que l'auteur, mort, nous parle de sa propre mort. La mort repassera, les vivants sont occupés à rigoler.

Christophe Otzenberger à Roscoff - Aucun(e)
Christophe Otzenberger à Roscoff - Capture d'écran / Arte France & La Générale de Production